Société Apple prié de réaliser une étude sur l’addiction des enfants à ses téléphones

Deux actionnaires du géant américain Apple, préoccupés par les effets sur la santé mentale d’un usage excessif des iPhone, ont demandé à la marque à la pomme une étude sur l’addiction des enfants à ses téléphones mobiles, selon l’agence Bloomberg. "Il y a un nombre croissant de preuves qui montrent que, pour au moins certains des jeunes utilisateurs les plus assidus, cela pourrait avoir des conséquences négatives involontaires" sur la santé, écrivent les investisseurs Jana Partners LLC et les caisses de retraite des enseignants californiens (Calstrs). "Le malaise sociétal grandissant" va "à un moment donné probablement affecter Apple lui-même", préviennent ces deux investisseurs. "S’attaquer au problème maintenant va augmenter la valeur à long terme pour toutes les actionnaires" .

Le géant technologique américain propose déjà des contrôles parentaux et la possibilité de restreindre les accès à certaines applications et contenus.

Cette lettre constitue une nouvelle pression exercée sur Apple, aux prises comme les autres géants de la technologie avec une faille de sécurité touchant les microprocesseurs, et accusée par ailleurs par des associations de réduire volontairement les performances et la durée de vie de ses téléphones, afin d’en accélérer le remplacement.

L'usage du smartphone pénalise les étudiants

Ils ont des notes inférieures et davantage d’échecs que leurs camarades moins connectés

Les étudiants qui passent beaucoup de temps sur leur téléphone obtiennent des notes inférieures et davantage d’échecs que leurs camarades moins connectés, ressort-il d’une étude conjointe de l’UGent et de l’UAntwerpen.

Les chercheurs ont voulu savoir si les résultats obtenus lors de la session de janvier 2017 sont liés à l’usage que des étudiants en première année ont de leur smartphone. Pour ce faire, les élèves ont dû remplir un questionnaire qui mesurait à quelle fréquence ils utilisaient leur smartphone pour neuf activités, parmi lesquelles la lecture de courriels et la recherche d’informations.

Les étudiants avec un usage du smartphone au-dessus de la moyenne affichaient approximativement 1,1 point de moins sur 20 à leurs examens que les étudiants ayant une utilisation moins intensive de leur téléphone. Davantage d’échecs ont également été constatés lors d’une utilisation plus élevée du smartphone. Aussi, les étudiants avec un usage du smartphone au-dessus de la moyenne ont réussi 60,6 % de leurs examens tandis que ceux avec une utilisation en dessous de la moyenne ont obtenu 68,9 % à leurs examens.