Société

La commission Enseignement supérieur du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé mardi à l'unanimité un projet de décret visant à permettre aux profs de l'enseignement supérieur qui le souhaitent de travailler au-delà de l'âge légal de la retraite, et ce durant deux années au maximum.

Le texte, déposé par le ministre de l'Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt, a été approuvé par le PS, le cdH et le MR. Ecolo et PTB ont voté contre. DéFI s'est abstenu.Plusieurs députés se sont étonnés que le projet soit voté sans l'avis de l'Académie de recherche et d'enseignement supérieur (ARES), une première selon eux. Selon ses détracteurs, l'initiative retardera aussi la promotion de la jeune génération d'enseignants dans les établissements supérieurs.Nombre de profs de supérieur âgés de plus de 65 ans continuent aujourd'hui à travailler pour leur établissement supérieur, notamment sous forme contractuelle.

Le décret s'appliquera au personnel enseignant, scientifique, administratif et technique des Hautes Ecoles, des Ecoles supérieures des Arts et des universités.Le projet copie une pratique déjà en vigueur en Flandre, ainsi qu'auprès des fonctionnaires du ministère de la Fédération.

S'ils en expriment le souhait, les travailleurs concernés pourront donc poursuivre leurs activités après autorisation de l'organe compétent (comité de direction, conseil d'administration, ...).Leur demande de prolongation, à temps plein ou partiel, vaudra pour une année. Et celle-ci sera renouvelable une fois maximum.

Le personnel concerné bénéficiera des mêmes conditions barémiques qu'avant son admission officielle à la retraite.