Société Le centre de sauvetage du domaine a accueilli plus de soixante couleuvres depuis sa création en mai dernier.

En mai dernier, un centre de sauvegarde un peu particulier a vu le jour au Domaine des grottes de Han. Il s’agit d’un centre pour reptiles, mis sur pied avec le soutien financier du Service public de Wallonie, du département de la Nature et des Forêts et d’Infrabel, gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire, et sa filiale TUC RAIL, dans le but d’accueillir des rescapés de la plus importante population de coronelles lisses, un des trois serpents qu’on peut trouver en Belgique. Des travaux de rénovation d’une ligne de chemin de fer menaçaient en effet une importante population de ces reptiles. Le département Nature et Forêt a demandé que le sauvetage des individus soit effectué avant le lancement des travaux.

Depuis la mise en place du centre au mois de mai, des arrivages quasi journaliers de nouvelles coronelles, de nombreuses captures et naissances ont été gérées par le centre. "L’enjeu était de taille puisqu’un tel projet n’avait jamais été entrepris pour cette espèce. Plusieurs défis ont dû être relevés. Il a fallu créer des enclos extérieurs adaptés à l’espèce réputée pour ses capacités d’évasion hors-norme, capturer des animaux et permettre aux femelles de mettre bas dans de bonnes conditions", explique Anthony Kohler, soigneur au Domaine et responsable du projet.

Plus de soixante coronelles ont déjà été prises en charge. "Chaque coronelle a été pesée, mesurée et photographiée afin de l’identifier. Chacune présente en effet des taches uniques à l’arrière de la tête permettant une reconnaissance individuelle. Les animaux ont été installés dans les enclos et se sont habitués à leur nouvelle vie sous le regard du personnel animalier du Domaine des grottes de Han", indique le centre.

En outre, 289 jeunes ont vu le jour. Ces derniers ont été réintroduits sur de nouveaux sites propices à l’espèce, sous le couvert d’une dérogation octroyée par le Service public de Wallonie en vue de contribuer à la sauvegarde de l’espèce. Une partie de ces jeunes a été remise en liberté sur un site aménagé par Infrabel suite aux travaux sur les lignes ferroviaires, et sur lequel une population de coronelles lisses avait toujours été présente.