Société

Michel Fourniret, les tortures au fer à repasser et les tueurs au cutter

BRUXELLES En septembre, l'actualité judiciaire reprend ses droits avec de nombreux procès qui se tiendront durant l'année tant à Bruxelles qu'en Wallonie et même en France pour ce qui concerne l'affaire Fourniret..

À Bruxelles, dès le 4 septembre, la cour d'assises se penchera sur le procès de Patrice Dumay et de Francis Kiekens. Il s'agit de deux Anderlechtois, âgés de 37 et de 55 ans. La justice leur reproche le meurtre de Daniel Verdoy. La victime a probablement été tuée par strangulation, tout en ayant encaissé des coups de couteau et de cutter. Dumay et Kiekens sont également accusés d'avoir dépecé le cadavre avant de le jeter dans le canal Bruxelles-Charleroi.

À en croire le dossier, le crime s'est produit dans un contexte difficile, où alcool et drogue se côtoyaient. En 1991, Dumay avait déjà été condamné à 20 ans de prison pour meurtre devant la cour d'assises du Hainaut.

Du côté de Nivelles, la justice attend un procès particulièrement pénible où la victime, une jeune femme, a été torturée durant plusieurs heures. Ses bourreaux lui ont brûlé un sein avec un fer à repasser. Même si la victime n'est pas décédée, les prévenus sont renvoyés devant la cour d'assises, en raison de la circonstance aggravante de torture.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles se penchera quant à lui sur plusieurs procès de grand banditisme : hold-up et braquages à gogo. On note par exemple le dossier des braqueurs de banque qui avaient systématiquement commis les mêmes faits auprès de la même enseigne bancaire. Les prévenus avaient également eu le culot de braquer plusieurs fois la même agence en l'espace de quelques semaines. L'ensemble des agences visitées par les braqueurs se concentraient dans un périmètre relativement restreint...

La date du procès Fourniret n'est pas encore fixée. Mais le ministère français de la Justice a reçu hier à Paris les représentants de l'association Victimes en Série (ViES). Ces derniers sont repartis avec la promesse d'un procès au printemps 2008 et la prise en charge par l'Etat français des frais d'hébergement des familles pendant la durée du procès.



© La Dernière Heure 2007