Les voitures de société toujours aussi prisées

V. S. Publié le - Mis à jour le

Société

Les nouvelles mesures fiscales n’ont pas eu d’impact sur les véhicules de fonction

BRUXELLES Un véhicule sur cinq en circulation est une voiture de fonction. C’est ce qu’il ressort de la grande enquête menée par KPMG pour le compte de la Febiac, Federauto et Renta. À l’occasion de cette enquête rendue publique hier, le secteur a aussi voulu démontrer qu’en comparaison avec les véhicules privés, l’impact sur l’environnement ou le nombre de kilomètres parcourus par les voitures de fonction ne sont pas plus importants.

Au total, 15 % du parc automobile, soit 770.000 voitures, sont des voitures de société : 6 % sont des leasings et 9 % sont immatriculées au nom d’autres personnes morales, telles que des entreprises. Par ailleurs, 6 % des véhicules sont aussi immatriculés au nom d’indépendants, soit 325.000 voitures. Les 79 % restants sont des voitures privées.

Un des clichés est donc statistiquement démonté, à savoir l’idée trompeuse que la moitié des voitures en circulation sont des véhicules de société.

“En 2010, si l’on inclut les indépendants, environ 42 % des nouvelles immatriculations ont été effectuées au nom d’une société, amenant la part des véhicules non privés à 21 % du marché.”

Autre fait important, l’étude démontre que l’impact des véhicules de société sur l’environnement est bien moindre que ce que l’on tente de faire croire. Les véhicules de société sont en moyenne plus récents de quatre ans que l’ensemble du parc, ce qui implique qu’ils répondent à des normes environnementales plus récentes et donc plus strictes. Quant au nombre de kilomètres parcourus, il ne diffère que très peu entre les automobilistes disposant d’un véhicule de fonction ou de leur propre voiture : 29.600 km par an contre 28.900.

Outre ces mythes ainsi démontés, le secteur a aussi précisé que l’impact des mesures fiscales plus strictes n’a, au final, pas eu l’impact redouté ou attendu. “La récente augmentation de l’impôt sur les voitures de société n’a en tout cas pas eu d’impact sur la vente de véhicules neufs. Si l’on a bien enregistré une légère chute sur les véhicules les plus luxueux, pour les petites et moyennes voitures la vente est restée stable, quand elle n’a pas légèrement augmenté”, explique Stéphane Verwilghen de Renta.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner