Société Avec à peine 112 minutes d’ensoleillement, ce début de mois est le plus sombre depuis 1956.

Qui se souvient du dernier jour où un large soleil était visible dans le ciel ? Pour y arriver, il faut avoir une bonne mémoire ! Les sept premiers jours de décembre, il y a eu 0.0 heure d’ensoleillement. La semaine passée, il y a en a finalement eu mais il est à peine resté une demi-heure. Les jours suivants, on a heureusement eu droit à quelques minutes de soleil. "Au total, on a noté 112 minutes de soleil pour les 12 premiers jours de décembre. C’est la période la plus sombre que nous connaissons depuis 1956", indique le météorologue David Dehenauw. Pour un mois de décembre normal, on est censé compter 45 heures d’ensoleillement.

Nous sommes bien loin de cette moyenne et c’est alarmant car notre corps a besoin de la lumière mais aussi des rayons UV du soleil. "Nous en avons besoin pour fixer la vitamine D sur notre peau", explique le professeur Chantal Mathieu, de l’université de Louvain. "La vitamine D a une influence positive sur nos neurones. Nous savons que les personnes qui manquent de vitamine D sont plus sujettes à la dépression."

L’absence de soleil nous rend également plus sensibles aux refroidissements, à la fatigue et aux douleurs musculaires. La vitamine D est en effet importante pour le système immunitaire. Nous la trouvons non seulement grâce aux rayons de soleil mais on peut aussi la trouver dans la nourriture; mais les aliments qui en contiennent sont rares. C’est le cas par exemple des poissons gras comme le saumon ou le maquereau.

"La vitamine D agit comme une hormone qu’on peut fabriquer nous-mêmes grâce aux rayons de soleil qui touchent notre peau", explique le professeur.

Il ne reste donc plus qu’à passer l’hiver sur un sommet de montagne ensoleillé. "Ou d’aller chercher des suppléments en pharmacie. Si on analyse le sang des Belges en février, on remarque de grosses carences. Je conseille donc aux groupes plus sensibles comme les enfants et les personnes âgées de prendre des suppléments", ajoute la spécialiste.