Société Sur les 72 contrôles menés depuis le début de l’année, une fois sur deux une infraction a été constatée, surtout pour travail illégal.

Des contrôles dans des entreprises de car wash ont montré qu’un travailleur contrôlé sur quatre ne travaille pas selon les règles. "Outre du travail au noir, les inspecteurs ont aussi constaté de la traite d’êtres humains", relève le cabinet du secrétaire d’État en charge de la lutte contre la fraude sociale.

C’est pour cela que Phillippe De Backer a entamé, lundi, des négociations avec les partenaires sociaux et le secteur car wash afin d’intensifier les contrôles, mais aussi offrir plus de flexibilité.

"Un accord devrait intervenir à la fin de l’année", nous indique-t-on au sein du cabinet.

(...)