Maladie pendant les vacances: les syndicats satisfaits, les employeurs mécontents

Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Société

L'arrêt rendu jeudi par la Cour de justice de l'Union européenne suscite de nombreuses réactions

BRUXELLES Les syndicats accueillent favorablement l'arrêt rendu jeudi par la Cour de justice de l'Union européenne estimant qu'un travailleur tombant malade pendant ses congés peut récupérer ceux-ci ultérieurement. La Fédération des Entreprises de Belgique (FEB) déplore quant à elle une mesure qui inflige "un handicap concurrentiel supplémentaire" pour les employeurs.

"C'est un arrêt intéressant qui tombe sous le bon sens", se réjouit Claude Rolin, secrétaire général de la CSC. "En incapacité, un travailleur ne peut pas récupérer et c'est également dommageable pour l'employeur." La CGSLB applaudit une décision "qui protège les travailleurs". "Il était assez évident qu'il y avait un problème par rapport à la législation", explique Bernard Noël, secrétaire national de la CGSLB. Il ajoute qu'il faudra maintenant réfléchir avec les autorités à la meilleur manière d'appliquer ce principe. Anne Demelenne, secrétaire générale de la FGTB, estime pour sa part que cet arrêt "est une question de bon sens". Elle ajoute ne pas comprendre la réaction de la ministre fédérale de l'Emploi, Monica De Coninck, qui indiquait vendredi matin à l'agence Belga qu'elle craint des problèmes pratiques quant à l'application de cet arrêt en Belgique. "La ministre devrait d'abord prendre en compte la santé des travailleurs qui sont soumis à toujours plus de stress", commente Anne Demelenne. Elle pense par ailleurs que cet arrêt ne désorganisera pas la vie des entreprises. Une opinion que ne partage pas la FEB qui indique dans un communiqué "ne pas être satisfait de cet arrêt qui aura pour effet d'imposer des coûts supplémentaires aux employeurs". L'organisation patronale pense qu'il faut trouver un meilleur équilibre entre les droits des travailleurs et leur mise en application. La FEB indique ne pas disposer de chiffres pour évaluer le coût des conséquences de cet arrêt.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner