Société

Au fil des absences, des aides existent. Mais sont-elles efficaces ?

BRUXELLES Dès la première absence, le chef d'établissement peut donc prendre des mesures s'il le juge nécessaire. Mais qu'est ce que cela signifie très précisément ?

" Il existe toute une série de mesures", explique l'attaché de presse du ministre Christian Dupont. "Dès les premiers jours d'absence, le directeur doit informer le centre PMS".

Ce centre psycho-médico-social doit guider et orienter le jeune et sa famille vers un service d'aide approprié.

À partir du dixième jour d'absence non justifiée, le chef de l'établissement a l'obligation de convoquer les parents... Soit ils feront le déplacement, soit ils s'abstiendront...

Pour rappel, après neuf demi-jours d'absence dans le primaire et trente demi-jours dans le secondaire (voir page de droite), le directeur doit signaler l'élève à la direction générale de l'enseignement obligatoire, le service de contrôle de l'obligation scolaire.

"Il y a également les services d'accrochage scolaire", poursuit le porte-parole du ministre.

Et malgré toutes ces mesures, on le constate avec les chiffres donnés par la DGEO elle-même, l'absentéisme ne recule pas. Au contraire même, puisqu'il quadruple !



© La Dernière Heure 2009