Société

La commission veut que le moratoire sur les cultures soit levé

BRUXELLES Le Parlement européen a franchi, hier, une étape importante dans la saga des organismes génétiquement modifiés (OGM), en adoptant une directive destinée à renforcer la réglementation en matière de production et de commercialisation des produits qui en sont issus. Le texte `la législation la plus dure du monde en matière d'OGM´, selon son auteur britannique `cherche à améliorer la transparence et l'efficacité du processus de décision, favorise l'harmonisation de l'évaluation des risques et introduit des exigences claires en matière d'étiquetage pour tous les OGM mis sur le marché´.
Concrètement, il prévoit notamment `des règles d'étiquetage et de traçabilité claires´ pour les OGM et leurs dérivés, afin d'informer les consommateurs sur le contenu du produit qu'ils achètent. Il propose également la création de registres publics des OGM disséminés et soumet un calendrier pour `l'élimination progressive des marqueurs de résistance aux antibiotiques dans les OGM´.
`La nouvelle directive va dans la bonne direction pour ce qui est de la protection de l'environnement et de la santé humaine `, a indiqué le leader des Verts européens, le Belge Paul Lannoye. `Toutefois, elle ne devrait pas être considérée par les Etats membres comme un encouragement à lever l'interdiction de commercialisation de nouveaux OGM´. Un avis partagé par plusieurs organisations non gouvernementales, qui rappellent que les aliments contenant des OGM sont très impopulaires en Europe (66% des Européens y voient un danger pour leur santé).

Nombreuses réticences

Adoptée par le Parlement de Strasbourg, la nouvelle directive doit encore être approuvée par les gouvernements et les parlements nationaux pour revêtir force de loi. Ce processus devrait prendre au moins dix-huit mois, période durant laquelle le moratoire concernant les OGM devrait rester en vigueur dans l'Union européenne.Il reste que la commission européenne souhaite que le moratoire sur les nouvelles autorisations d'OGM soit levé `aussi vite que possible´.
`Nous espérons que lorsque le cadre d'ensemble sera en place, les Etats membres lèveront le moratoire´, a ainsi déclaré une porte-parole de la commission. Elle a précisé que l'exécutif européen préparait encore une directive sur la traçabilité et l'étiquetage des OGM, qui sera présentée en mars ou avril. `La levée du moratoire sera possible quand les actes légaux seront en place´, a-t-elle ajouté. Six pays de l'Union France, Italie, Grèce, Danemark, Luxembourg et Autriche ont réaffirmé mardi leur intention de maintenir le moratoire, décidé en juin 1999, `dans l'attente de progrès importants restant à accomplir pour aboutir à une traçabilité complète des OGM et des produits dérivés´.