Société Les centres commerciaux n’ont pas connu un aussi beau week-end de soldes que les centres-villes.

De - 10 % à - 70 %, lit-on sur les vitrines des petits commerces et des grandes enseignes. Ça y est, les soldes sont arrivés. Les gens les attendaient, mais certainement pas autant que le soleil… Comeos (Fédération belge du commerce et des services) annonçait samedi en fin d’après-midi une belle première journée de soldes, surtout dans les villes et en périphérie. Selon eux, "le bilan de la première journée des soldes d’été s’annonce positif, avec une hausse de 5 % par rapport au premier jour de l’année dernière".

La situation n’est malheureusement pas aussi réjouissante dans les centres commerciaux. "C’est très calme, nous avons eu un peu moins de monde que l’année passée, certainement à cause du temps. Pour nous, le beau temps, ce n’est pas l’idéal", explique Monika, responsable chez Essentiel au Woluwe Shopping Center. "

Aujourd’hui (dimanche 1er juillet), c’est plus calme et les clients viennent surtout par flux. Hier, nous avons eu du monde, peut-être un peu moins que l’année passée mais nous avons bien vendu", rassure Caterina de chez Caroline Biss. Les heures de prédilection pour les clients sont généralement dès l’ouverture. "Je suis venue tôt, à 10 heures, à cette heure-là il n’y a pas encore trop de monde et, comme ça, je peux profiter du soleil l’après-midi", explique Caroline, une cliente croisée dans l’allée du centre commercial. Mais également en fin d’après-midi : "Les gens arrivent après leur barbecue", précise en souriant une vendeuse. 

"La clientèle vient par vagues, beaucoup le matin, puis l’après-midi est assez calme et ça reprend vers 17 heures", poursuit Tiffany, vendeuse chez Essentiel.

Les commerçants ne sont pas étonnés de cette situation. Les vraies grosses journées de soldes, comme il y a quelques années, n’existent plus. Actuellement, avec les offres couplées, qui débutent deux semaines avant les soldes, l’engouement qu’avaient les gens pour les soldes diminue. Les pancartes "- 50 % à l’achat de 2 articles" ou "2 paires achetées, la 3e offerte" sont monnaie courante en juin. 

Et puis, comme dit précédemment, les commerçants sont tributaires du temps. "Ce week-end est très calme mais on le savait, les gens n’ont pas envie de venir en magasin", explique, lucide, Pascale, depuis vingt ans dans la maison Aigle. "L’année passée, il faisait 17 °C et le temps était assez humide au début des soldes. Chez Aigle,, on a vendu beaucoup de bottes aux festivaliers alors que cette année ils sont en tongs." 

Et de poursuivre, optimiste pour son commerce, un peu moins pour le soleil : "C’est la Belgique, peut-être que dans trois jours ce sera fini et qu’on aura plein de monde." C’est tout ce qu’on lui souhaite, mais en gardant le soleil avec nous.