Société Les ventes de la célèbre pâte à tartiner sont reparties à la hausse en Belgique.

Le retour en grâce de Nutella auprès des consommateurs belges a permis au groupe Ferrero d’engranger une hausse de 17 % de son chiffre d’affaires, à 125 millions, contre 107 millions lors de l’exercice précédent.

Le nombre de pots de Nutella vendus en Belgique a augmenté de 6 %, permettant à Ferrero de conforter sa place de leader dans le segment des pâtes à tartiner avec 55 % de parts de marché (+3,1 % sur un an).

"Nos ventes sont encore en dessous du plus haut historique", rappelle toutefois Olivier Charrier, General manager de Ferrero Benelux.

Quelque 36 % des ménages belges achètent du Nutella, contre 40 % avant la polémique sur l’huile de palme. "Il y a encore des personnes convaincues que l’huile de palme, ce n’est pas bien", regrette-t-il.

Pour repartir de l’avant, Nutella n’a pas pour autant sacrifié ses prix, afin de doper ses ventes à coups de promotions. Au contraire, même. "Nous cherchons à nous extraire de promos de type Deuxième pot à moitié prix. Nos consommateurs n’ont pas besoin de prix sacrifiés pour aimer nos produits".

Les ventes de Ferrero Rocher, autre produit phare du groupe, ont elles gagné 14,1 %. Une praline sur 5 consommée en Belgique est un Ferrero Rocher. Durant les fêtes de fin d’année, sa part de marché grimpe à 32 %… Les Kinder Bueno sont pour leur part le leader dans le segment des snacks chocolatés avec 12 % de parts de marché, en légère baisse en raison de la mise sur le marché de conditionnements moins importants. Cela a permis à Ferrero d’étendre la distribution de ses produits dans les magasins de nuit ou stations-service, ce qui a soutenu la hausse du chiffre d’affaires.

Ferrero, c’est aussi une politique d’innovation. La petite dernière, le B-Ready, arrive dans les supermarchés belges. "C’est une enveloppe croustillante fourrée de 15 grammes de Nutella, soit la dose que nous recommandons".

Le produit semble prometteur. Lancé voilà un an en Italie, il est devenu la première référence en biscuiterie.

Ferrero va également lancer, à la mi-mai, une nouvelle gamme de Tic-Tac, les Mixers qui offriront deux saveurs successives par dragée.

À l’horizon 2017, l’usine d’Arlon produira des Kinder Surprise de 100 grammes grâce à l’installation d’une nouvelle chaîne de production, contre 20 grammes pour le produit traditionnel.

Pas moins de 96 % de la production de l’usine ardennaise est exportée…


L’huile de palme est devenue durable

Quelle est la politique de la grande distribution en la matière ?

L’huile de palme fait débat. Elle reste pourtant, contre vents et marées, un composant essentiel du Nutella. Le groupe Ferrero - a-t-il le choix ? - le revendique et recentre le débat.

"Nous sommes très fiers de ce que nous faisons en matière d’huile de palme", insiste Olivier Charrier. L’huile de palme utilisée dans le Nutella est d’ailleurs certifiée 100 % durable. "Notre groupe consomme 0,3 % de la production mondiale d’huile de palme. C’est 3 % pour le groupe Unilever".

S’il y a de l’huile de palme dans le Nutella, il y en a aussi, très souvent, dans les pâtes à tartiner des marques propres de la grande distribution. Là aussi, l’accent est mis sur le durable. "Nous ne vendons plus de produits avec de l’huile de palme non-certifiée depuis 2015", explique Baptiste van Outryve, porte-parole chez Carrefour. "Si un produit contient de l’huile de palme, elle est donc certifiée". Même si l’étiquette ne le mentionne pas, comme c’est le cas pour le produit Carrefour Pâte à Tartiner aux Noisettes 750 g. "L’huile de palme est certifiée, mais nous n’avons pas jeté le lot d’emballages que nous avions encore par souci de durabilité justement".

"Nous éliminons progressivement l’huile de palme dans nos pâtes à tartiner si elle n’est pas durable. Nous utilisons alors d’autres huiles végétales", souligne Julie Stordiau, porte-parole chez Makro. "L’huile de palme n’est pas interdite dans nos produits, mais elle doit être durable".

"Notre pâte à tartiner Choco Nussa contient de l’huile de palme durable certifiée", remarque encore Julien Wathieu, porte-parole chez Lidl.

Plus globalement , tous les produits de marque propre achetés par Lidl Belgique contenant de l’huile de palme sont composés d’huile de palme durable, et ce depuis le début de l’année. Au niveau international, ce sera dès la fin 2016.

"Le débat sur l’huile de palme est double, soit à la fois nutritionnel et écologique. Sur les effets de l’huile de palme sur la santé, il s’agit d’un débat scientifique qui n’a pas encore trouvé de réponse claire et précise", ajoute Hanne Poppe, porte-parole chez Colruyt . Nous avons cependant remplacé l’huile de palme quand cela était possible".

Quand cela ne l’est pas, les produits de marque Colruyt sont certifiés durables, soit via la certification RSPO - à laquelle tout le monde se réfère - à hauteur de 71 %, le solde étant couvert par les certificats Greeenpalm.

L’absence d’huile de palme est aussi un argument marketing. Cora le met en valeur sur une gamme de pâtes à tartiner. Delhaize a lancé en septembre 2013 une pâte à tartiner aux noisettes dont l’huile de palme est bannie, au profit d’autres ingrédients. " C’est la meilleure vente de notre assortiment de pâte à tartiner", constate Roel Dekelver, porte-parole. " Ce succès est dû à un prix très compétitif en combinaison avec un goût et une texture réussis".

Les produits de la gamme 365 et Bio contiennent pour leur part de l’huile de palme durable.

Le durable , c’est du pipeau ou du sérieux ? " Si les critères sont correctement appli qués, ils peuvent aider à minimiser l’impact négatif sur l’environnement et les communautés dans les régions productrices ", relève Julien Wathieu.

Olivier Charrier souligne que l’huile de palme a un rendement six fois supérieur à l’huile de tournesol. Remplacer l’une par l’autre nécessiterait de cultiver 75 millions d’hectares supplémentaires.