Société

Ambre a 8 mois, et est en parfaite santé. Problème ? Pour l'Etat français, Ambre n'a pas à s'appeler ainsi, parce que c'est un garçon.

Ambre est né il y huit mois dans le Morbihan, en Bretagne. Né sans "e" : Ambre est un petit garçon. Et cela pose problème aux autorités françaises, qui estiment qu'un risque de confusion de sexe existe et craignent un potentiel préjudice porté à l'enfant.

A sa naissance, l'officier de l'état civil a donc signalé au Procureur de la République de Lorient le choix des parents de l'enfant.  Le parquet a requis le changement de prénom après avoir assigné la mère devant le Juge aux Affaires familiales de Lorient. Mais ce dernier a tranché dans le sens des parents, estimant qu'on ne peut interdire ce choix, contredisant le Procureur de la République. Procureur qui ne lâche aucunement prise et a fait appel de la décision...

La famille devra donc attendre jusqu'à fin avril 2019, au plus tôt, pour que l'affaire soit rejugée à Rennes, date à laquelle l'enfant aura déjà porté son prénom un an et demi.

Une situation qui révolte la mère, Alice Gondelle, qui se considère "victime d'acharnement". Celle-ci a pris la plume, sur Facebook, pour défendre sa position, en se mettant dans la peau de son jeune fils, avançant, notamment, qu'il existe 37 Ambre masculins dans l'Hexagone et que, historiquement, ce prénom était "essentiellement masculin"...