Société

Plusieurs éléments ont joué et choqué ceux qui s’adressent aujourd’hui à l’évêché pour être retirés des registres

BRUXELLES Oui, ça existe, mais cela reste marginal .” Porte-parole des évêques de Belgique, Eric De Beukelaere n’entend pas se voiler la face. Oui, en Belgique, il se trouve quelques dizaines de personnes, chaque année, qui veulent renier leur baptême et font la démarche officielle qui s’impose alors : une demande écrite auprès de son évêché.

“Par Mail, via le site catho.be dont je m’occupe ”, continue l’abbé De Beukelaer, “je reçois habituellement trois à quatre demandes, mais cette année, j’ai dû en recevoir plus de vingt.”

Qui sont ces demandeurs ? “À part quelques militants purs et durs de la laïcité, il y a ceux qui changent de religion. Ou alors, on agit par coup de sang, un coup de colère en rapport avec l’actualité…”

Et c’est ce dernier cas de figure qui a clairement boosté les demandes en 2009, comme on l’a observé aussi en Italie (4.500 cas par… mois !).

Confirmation par l’abbé Collinet pour l’évêché de Liège. “En 2004, les demandes étaient encore exceptionnelles, mais depuis, c’est entre quinze et vingt cas par an, rien que pour Liège. En 2007, on a eu une poussée avec une cinquantaine de cas, 25 en 2008 et là, on devrait arriver à 80-90 pour 2009.”

Et cela s’explique par trois choses, analyse l’abbé, toutes trois liées à l’actualité de l’Eglise. 1. La levée de l’excommunication de l’évêque Williamson, qui avait tenu des propos négationnistes 2. L’excommunication d’une jeune Brésilienne violée et enceinte qui a souhaité se faire avorter, et 3. Les propos de Benoît XVI sur le préservatif.

Tout cela avait pourtant été expliqué et remis dans son contexte, mais nous n’avons pas été entendus” , plaide l’abbé Collinet.

En 2007, en revanche, pas d’actualité religieuse qui aurait pu choquer, mais le début d’une grande campagne de la FAML, fédération des amis de la morale laïque, qui a distribué largement des formulaires dits de débaptisation . Il suffit de remplir, la FAML se charge du reste !

“On en prend acte dans les registres mais on ne peut changer ce qui a été. Il ne faut pas croire qu’on nuit à l’Église en se débaptisant…”



© La Dernière Heure 2009