Société Le ministre wallon de la Nature sort l’artillerie lourde pour venir en aide à son animal fétiche menacé de disparition.

René Collin, ministre wallon de l’Agriculture et de la Nature, l’a déjà fait savoir à plusieurs reprises : l’hirondelle est son animal préféré et il compte bien faire tout ce qui est en son pouvoir pour la protéger des nombreux périls qui la guettent en Wallonie.

La Wallonie compte en effet trois espèces d’hirondelles et, selon le ministre, on peut aujourd’hui considérer qu’en 40 ans à peine, la Wallonie a perdu près de 80 % des effectifs.

Plusieurs éléments expliquent ce déclin rapide et dramatique. Pointons entre autres la modification des paysages, la disparition de leurs habitats naturels, la diminution drastique du nombre d’insectes, qui constituent l’essentiel de leur alimentation, liée entre autres à l’utilisation massive de pesticides.

Pour venir en aide à son animal fétiche, le ministre a prévu de cibler de front les agriculteurs, les administrations communales et les collectivités. Au total, pas moins de 50 projets de terrain en faveur des oiseaux ont été retenus.

Les agriculteurs bénéficieront ainsi d’une aide financière pour installer des planches de protection, des bacs à boue et des supports didactiques.

Les collectivités bénéficieront d’une subvention d’un montant maximum de 1.000 euros et les administrations communales recevront une aide pouvant aller jusqu’à 2.000 euros.

Par ailleurs, dès le printemps 2018, une exposition nommée Si j’étais une hirondelle… sera mise à disposition gratuitement des écoles et des collectivités. Le ministre a également prévu de distribuer des plaquettes Je protège les hirondelles à poser, de façon visible, sur les maisons ou les bâtiments fréquentés par ces oiseaux. Pour finir, il a prévu d’installer des panneaux didactiques sur des sites qu’il estime particulièrement représentatifs.