Société La différence entre le tarif normal et les promotions de Ryanair, sera payée par la Région

BRUXELLES On se posait déjà beaucoup de questions sur les contrats liant la Région wallonne et la société gestionnaire de l'aéroport de Charleroi (BSCA) d'une part et la compagnie à bas tarif Ryanair d'autre part. Mais la vérité pourrait être pire encore qu'on ne l'imagine. Dans les contrats que nous avons pu obtenir, la Région va, en effet, financer entre autres choses la différence entre le tarif normal et les promotions de Ryanair. Du jamais vu dans le secteur de l'aviation commerciale

Le mécanisme est assez bien monté. D'ici le 2 décembre, une société (Promocy) sera créée en vue d'assurer la promotion de l'aéroport de Charleroi. Elle sera financée par une mise de départ de 62.200 euros dont Ryanair et l'aéroport financeront chacun la moitié. Ensuite, chaque partenaire versera à cette société 4 euros par passager transporté. Notons que l'aéroport ne percevait déjà que 9 euros par passager: ilne lui en restera que 5.

Promocy assurera les dépenses de publicité dans tout pays dans lequel Ryanair ouvre une nouvelle ligne à partir et vers Charleroi, ainsi qu'en Belgique. Elle financera aussi le coût des liaisons avec le site Web de Ryanair, le coût des ventes et promotions propres à développer le trafic de passagers à Charleroi. Mais, surtout, elle financera la différence entre les tarifs promotionnels pratiqués par Ryanair et les tarifs ordinaires, consentis pour développer le trafic et l'utilisation de l'aéroport de Charleroi.

Un délire car, au sens strict, la société devrait même prendre en charge les billets gratuits distribués par Ryanair Autre délire, le CA de l'aéroport n'a pas été informé de cette nouvelle disposition négociée uniquement par le directoire, en dernière minute

Mais les mécanismes douteux de cette société de promotion ne sont qu'un des avantages dont jouit Ryanair à Charleroi. L'aéroport finance ainsi les frais d'hôtel et de restauration du personnel de Ryanair, le lancement de lignes, les frais de recrutement et de formation du personnel de Ryanair BSCA offre aussi à la compagnie irlandaise des bureaux, les équipements de bureaux, et l'usage d'un hangar pour la maintenance.

Diverses réductions sont également consenties par l'aéroport de telle sorte qu'il ne gagnera pas d'argent sur les vols de Ryanair. Au contraire, il en perdra puisque selon les budgets de l'aéroport entrés en notre possession, celui-ci devrait accumuler 164 millions de francs de pertes au terme des trois prochaines années au terme desquelles, il devrait arriver à l'équilibre.

Devrait car rien ne dit, en effet, qu'à ce moment, Ryanair sera toujours là. C'est que la compagnie irlandaise `qui n'en est pas à un chantage près´, nous explique-t-on à l'aéroport de Dublin a mis un certain nombre de conditions à sa venue à Charleroi. Or, une de ces conditions ne sera déjà plus remplie sous peu, à savoir la construction d'un ILS (système d'approche par mauvais temps) pour le 30 juin 2004. Ces travaux supposent ainsi un allongement de la piste qui vient d'être bloqué par le Conseil d'Etat. Bref, BSCA ne sera pas dans les temps et Ryanair aura tout loisir de casser le contrat ou de le monnayer...