Société

"Il faut revoir tout le système des ambulances à Bruxelles. C’est scandaleux la manière dont sont pris en charge les patients" , martèle Chris. Ce Bruxellois a travaillé pour différentes sociétés d’ambulances privées, notamment Oxa et AMG.

Il a également monté sa propre entreprise. Écœuré par les pratiques du secteur, il pointe du doigt une série d’abus et de dysfonctionnements.

L’homme se dit avant tout choqué par le traitement réservé aux patients. "D’ailleurs, ce ne sont pas des patients, ce sont des clients. Ils sont pris en charge comme des colis. Et tout est fait pour leur soutirer un maximum d’argent. Par exemple, certaines compagnies facturent de l’oxygène ou des pansements alors qu’aucun soin n’a été réalisé pendant le trajet. Autre pratique répandue : lorsque deux patients du même home doivent se rendre le même jour et à la même heure à l’hôpital, ils sont pris en charge dans le même véhicule. Chaque patient est alors facturé deux fois à plein tarif sur la même course."

Pis, la sécurité des patients n’est pas assurée dans les ambulances. L’homme parle de véhicules rouillés, accidentés et vétustes. "Ce sont des véhicules poubelles achetés en 2e main à l’étranger." Il se souvient d’une journée où il a travaillé à bord d’une ambulance d’AMG particulièrement détériorée (voir photo à droite). "La porte coulissante s’est déboîtée trois fois sur la même journée."

Règles d’hygiènes et de conduites peu respectées

Afin que les ambulanciers effectuent un maximum de trajets, ils sont sans arrêt mis sous pression, raconte Chris.

"Il m’est arrivé d’effectuer 20 courses dans la même journée. Cette cadence effrénée qui nuit à la sécurité et au bien-être des patients transportés. Les règles d’hygiènes ne sont pas toujours respectées. Les ambulanciers prennent en charge des patients avec des MRSA (parfois contagieux) et n’ont pas le temps de désinfecter l’ambulance entre deux courses."

De même, pour répondre à la demande, certains patrons demandent aux ambulanciers d’utiliser le code 3, c’est-à-dire de rouler avec les gyrophares et les sirènes.

(...)


La suite de notre dossier est à découvrir en intégralité dans l'Édition Abonnés de DH.be, à partir de 4.83 euros par mois.