Société Le nombre de séparations augmente "après les vacances de la dernière chance"

"On constate, en ce moment, et cela va continuer en septembre, un grand pic de divorces et séparations. C’est le moment où les couples viennent nous trouver, après les vacances de la dernière chance."

Cette déclaration est celle de Stéphanie Degrave, avocate, médiatrice et formatrice. "Nous recevons beaucoup de nouvelles demandes", constate-t-elle. "Il y a deux gros pics : maintenant, pour les divorces et en fin d’année scolaire, quand il est question de choix de l’école des enfants et que les parties ne sont pas d’accord."

L’avocate et médiatrice vient d’écrire un livre pratique à l’attention des couples qui souhaitent se séparer. Dans Je me sépare : que faire ?, elle donne la réponse aux questions que les ex-amoureux se posent.

Pour elle, les personnes qui introduisent une demande de divorce n’ont pas tous connaissance du service de médiation. "Le gros problème, c’est que ce n’est pas vraiment connu", dit-elle. "Généralement, ils se tournent vers le tribunal. Et le divorce ou la séparation prend alors une tournure qu’ils n’ont pas imaginée au départ, en fonction de l’agressivité de leur avocat éventuel... Il y a une alternative, la médiation."

Une bonne séparation, c’est quoi ? La spécialiste indique que c’est avant tout une question de "communication. Quand on se sépare, que l’on vient d’introduire une procédure de divorce, les émotions sont exacerbées. La communication peut être difficile. Il est important que les deux parents puissent s’exprimer de manière canalisée pour trouver des solutions et former une équipe pour leurs enfants."

Selon Statbel, qui dresse un état chiffré de la vie en Belgique, l’âge moyen des personnes qui divorcent pour la première fois est de "44,6 ans pour le premier conjoint et de 42,1 ans pour le second."

Le nombre de divorces avait diminué de 4,4% en 2016, par rapport à 2015. "En 2016, on a dénombré 23.583 divorces concernant au moins une personne résidant" dans notre pays.