Société

De fortes angoisses chez la femme enceinte peuvent rendre l'enfant schizophrène

LONDRES Les femmes enceintes soumises à un stress traumatisant auraient plus de risques de donner naissance à des enfants qui développeront plus tard une schizophrénie, selon une étude publiée jeudi.

"Le type de stress en question est du genre de ceux que l'on subit lors d'un désastre naturel, une attaque terroriste, un ouragan ou un deuil soudain", explique l'auteur principal, Dolores Malaspina (New York), de l'étude publiée jeudi dans le journal spécialisé BioMed Central Psychiatry, basé à Londres.

Malaspina et ses collègues ont examiné les données concernant 88.829 personnes nées à Jérusalem entre 1964 et 1976 et les ont croisées avec le registre national de psychiatrie d'Israël. 637 cas de schizophrénie ont été recensés. Selon l'étude, les enfants des femmes qui étaient au deuxième mois de grossesse au plus fort de la guerre israélo-arabe en juin 1967 (la guerre des Six-Jours ) avaient un taux significativement plus élevé de schizophrénie à leur entrée à l'âge adulte. L'impact maximal se trouve en début de gestation, avec "une fenêtre relativement étroite de vulnérabilité (à la schizophrénie) au deuxième mois de grossesse", soulignent les auteurs.

L'étude montre aussi une nette différence d'impact entre hommes et femmes. Les femmes dans le deuxième mois de leur vie foetale durant le conflit ont 4,3 fois plus de risques de souffrir de schizophrénie, alors que pour les hommes, ce risque est bien moindre (1,2), selon l'étude. D'autres influences potentielles - saisons, faible poids de naissance, apport en calories - ont été écartées, selon les auteurs. "C'est une saisissante confirmation de ce que l'on suspectait depuis longtemps", commente Malaspina. Ces résultats confirment ceux de précédentes études relevant un excès de schizophrénie chez des enfants dont la mère a subi un fort stress en début de grossesse.



© La Dernière Heure 2008