Société Des murs de sable, causés par la tempête, longent les digues de la côte belge.

Après avoir arraché des arbres, cassé des pylônes électriques et inondé des champs, Eleanor a détruit les plages de la côte belge. Cette tempête a créé des falaises de sable. Et ce n’est pas la première fois. L’année dernière, la tempête Dieter avait causé les mêmes dégâts. Le procédé est toujours le même, les hautes vagues poussent le sable vers la digue qui s’érige en mur. Mais elles entraînent aussi le sable à quelques centaines de mètres dans la mer. Un manque se crée entre la digue et la mer (voir infographie).

Pour que les plages récupèrent leur état initial, il faut faire appel à des bulldozers. Ces engins vont répartir le sable qui s’est accumulé à certains endroits, mais surtout déverser des tonnes de nouveau sable.

C’est déjà la quatrième fois que le bourgmestre de Bredene, Steve Vandenberghe, fait intervenir des bulldozers pour que la côte belge récupère ses formes originales. L’an dernier, il a fallu déverser 1,5 million de tonnes de sable pour réparer les dégâts. Un certain ras-le-bol s’est installé. Le bourgmestre déclare dans Het Laatste Nieuws que c’est "de l’argent jeté à la mer".

À chaque nouvelle tempête, il faut recommencer le même travail. Selon le bourgmestre, il faudrait investir dans de vraies solutions à long terme. Pour ce faire, il faudrait retrouver des passerelles de plage naturelle. Mais la meilleure solution serait, comme en Hollande, de placer des îles au large de la côte. Elles seraient une arme de prédéfense. Elles affaibliraient la puissance des vagues et elles attraperaient le sable grâce au jeu de flux et reflux. Cette dernière solution permettrait au sable de ne plus s’accumuler sur les plages belges.

© DR