Société La marque a présenté son Semi, un camion électrique futuriste. Ainsi qu’un roadster très sportif... tombé du camion !

C’est un 30 tonnes que Tesla vient de garer dans le jardin de l’innovation. La marque de véhicules électriques et son tourbillonnant CEO Elon Musk ont officialisé le camion (tracteur de semi-remorque, pour être exact) vert que la marque mitonne depuis des mois. Et en prime, dévoilé ce petit One More Thing qui fit la grandeur des keynotes d’Apple jadis : un roadster foncièrement sportif qui fuse à 400 km/h !

Baptisé Tesla Semi, le camion électrique, tout en lignes futuristes et en aérodynamisme (son coefficient de pénétration dans l’air est plus élevé que la plupart des voitures récentes) sera mû par quatre roues indépendantes et autant de moteurs.

Propulsé par les batteries électriques de la marque, il accélère de 0 à presque 100 km à l’heure en seulement 5 secondes. Point crucial, surtout pour le secteur du transport routier et ses longues distances : il dispose d’une autonomie de 800 kilomètres "une fois chargé à son poids maximum et à vitesse d’autoroute", a affirmé Elon Musk. Un frein, là où un semi-remorque à moteur diesel récent est capable d’avaler 1.500 bornes en un seul plein ? "80% de trajets font moins de 250 miles ( soit 400 km , NdlR), ce qui signifie que le Tesla Semi permet d’assurer un trajet aller-retour sans la moindre recharge dans la majorité des cas", rétorque l’entrepreneur miliardaire.

Des Megachargeurs, à la capacité plus élevée que les actuels Superchargeurs que Tesla met à disposition de ses clients le long des routes, verront le jour. Il faudra alors 30 minutes de chargement pour assurer au Tesla Semi 640 km d’autonomie.

Hyperconfortable et munie d’un seul siège central ainsi que de deux larges écrans tactiles, la cabine de pilotage du Semi sera assez haute pour permettre au conducteur de se tenir debout. L’ensemble sera bien sûr livré avec l’Autopilot made in Tesla (pour une conduite automatisée) ainsi qu’un système anti-malaise, capable de faire ralentir en douceur l’engin, puis l’arrêter complètement en le maintenant dans sa bande de circulation, quatre feux déclenchés, le cas échéant.

La production commencera en décembre 2019, à un prix inconnu. Mais Elon Musk fait cette promesse : "Le Semi Tesla sera 20% moins coûteux que son équivalent diesel à l’usage", assurance et carburant inclus.

Maniant l’art de la mise en scène avec un talent certain, Elon Musk a alors fait s’ouvrir les portes de son nouveau gros bébé. L’occasion d’en découvrir un autre : le Tesla Roadster, revisite furieuse du premier modèle sportif qui a lancé la marque. Sauf que cette itération, une quatre places à toit escamotable, affole tous les compteurs : avec un couple de 10.000 Nm, elle pourra atteindre 400 km/h et flinguera le 0 à 100 en moins de deux secondes ! Une bombe qui plus est très endurante : elle est promise avec une autonomie de... 1.000 km. Dispo en 2020 pour la bagatelle de 200.000 $ minimum. Si Tesla règle ses problèmes de production d’ici là...