Société

Dans une ville engorgée comme Bruxelles, les trottinettes électriques réconcilient les professionnels avec les transports en commun, en permettant d’effectuer le premier et le dernier kilomètre. Cependant, même pour les usagers de trottinette, il y a des règles à respecter.

"Sur le trottoir, il faut respecter la limitation de vitesse qui va jusqu’à environ 6 km/h (la vitesse d’un marcheur), l’usager est considéré comme un piéton, et peut donc emprunter le trottoir", explique Benoît Godart, porte-parole de l’Institut Vias. Cependant, s’il dépasse cette limite, la loi le considère comme un cycliste. Il doit alors se cantonner aux voies réservées ou à défaut à la route. "Dans le nouveau code de la route, la limitation de vitesse va passer pour ces moyens de transport de 18 à 25 km/h, ce qui correspond à ce qui se vend sur le marché, les trottinettes électriques les plus utilisées aujourd’hui roulent à cette vitesse."

Mis à part la vitesse, aucun autre changement n’est à noter dans le nouveau code de la route pour tout ce qui concerne cette législation. Rien par exemple sur le port du casque ou encore l’âge minimum d’utilisation. "L’évolution de la législation concernant la vitesse minimum est tout à fait logique, ce moyen de transport est un véritable symbole de la multi-modalité actuelle. Le seul problème, c’est que certains usagers roulent parfois trop vite sur le trottoir, il ne faut pas oublier qu’il faut respecter les 6 km/h quand on s’y trouve", conclut Benoît Godart.