Société Avec une température moyenne de 14,8 degrés, on est loin des 30 degrés enregistrés en septembre de l’année passée.

Nous ne sommes même pas encore le 15 septembre et pourtant l’été semble bel et bien fini. Adieu shorts et robes légères, l’heure est à nouveau aux doudounes, aux écharpes et aux pantalons.

Alors que l’automne ne commence officiellement que le 21 septembre, les rues sont déjà jonchées de feuilles mortes depuis plusieurs jours. Est-ce pour autant anormal ? Selon Pascal Mormal, météorologue à l’Institut royal météorologique (IRM), pas vraiment. "L’automne astronomique commence en effet le 21 septembre mais l’automne climatique commence en réalité dès la fin du mois d’août. Par contre, il est vrai que les températures de ce début de mois sont plus fraîches que les moyennes de saison. Les douze premiers jours de septembre, la moyenne était de 14,8 degrés alors qu’on devrait être à 14,9 pour l’ensemble du mois et que les températures vont encore se rafraîchir sensiblement ces prochains jours. Si on compare avec les températures de l’année dernière, on est clairement en dessous mais la météo de septembre 2016 a été exceptionnellement chaude. On a mesuré 30 degrés à Uccle, c’était un record. Cette année, on reste dans la tradition du climat belge", explique-t-il.

Au niveau des précipitations, on est légèrement au-dessus des normes de saison également. "Il y en a peut-être un tout petit peu plus que la moyenne mais on sort d’une période de sécheresse. Même le mois d’août était déficitaire en précipitations. C’est le premier mois depuis longtemps qu’on voit des précipitations excédentaires.

Et pour les quantités de feuilles mortes qui paraissent anormalement élevées ? "On a eu plusieurs mois sans vent. C’est le premier gros coup de vent depuis longtemps. Donc, les feuilles et les arbres malades ont tendance à tomber. Ça n’a rien d’exceptionnel."

Faut-il voir dans ces vents violents des ef fluve s d’Irm a ?

Réponse négative, affirme le spécialiste. "On assiste à une tempête automnale classique. Rien d’exceptionnel à signaler. On a enregistré des vents à 89 kilomètres par heure à la côte belge et la vitesse maximale enregistrée dans les terres s’élève à 84 kilomètres par heure. Ailleurs, on était partout à des valeurs inférieures à 80 kilomètres par heure, ce qui est la vitesse minimale pour obtenir un remboursement des assurances en cas de dégât."