Société

Un évêque catholique français, Mgr André Fort, a à son tour suscité l'indignation de responsables médicaux


ORLEANS Ce dernier a mis en doute l'utilité du préservatif contre le virus du sida, après le scandale provoqué par les propos du pape Benoît XVI en Afrique. "Vous le savez très bien, tous les scientifiques le savent: la taille du virus du sida est infiniment plus fine que celle d'un spermatozoïde. La preuve est faite que le préservatif n'est pas une garantie à 100% contre le sida", a déclaré Mgr André Fort, évêque d'Orléans (centre), au micro de l'antenne locale de Radio France.

"Il y a écrit sur les boîtes de cigarettes: 'danger'. On devrait mettre sur les boîtes de préservatifs: fiabilité incomplète", a ajouté l'évêque. Cette déclaration, intervenant un peu plus d'une semaine après les propos du pape Benoît XVI qui avait déclaré, en route vers l'Afrique, que l'on ne pouvait "pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs" et que, "au contraire, (leur) utilisation aggrave le problème", a suscité l'indignation de plusieurs responsables médicaux et de la lutte contre le sida.

"Je suis consterné par cette prise de position, à la fois en tant que médecin, scientifique, et en tant que médecin catholique", a déclaré Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence nationale de recherche sur le sida, sur la radio France Info.

Ce qu'affirme l'évêque d'Orléans "est entièrement faux". "On a des données qui montrent que le préservatif est un élément fondamental pour bloquer le passage du virus du sida lors des relations sexuelles, c'est un fait acquis", a ajouté ce responsable.

© La Dernière Heure 2009