Société

C’est cent euros la nuit, petit-déjeuner et webcams comprises…

BRUXELLES Dans un quartier huppé proche de l’avenue Louise vient de s’ouvrir un concept unique en Belgique : une crèche de nuit, sorte de Bed&Breakfast destiné aux enfants de 0 à 6 ans.

Pour cent euros la nuit ou 9 euros de l’heure jusqu’à minuit, Lila et sa sœur Karima accueillent jusqu’à sept enfants dans leur maison. À ce prix, le petit sera soigné aux petits oignons. Il disposera d’une salle de jeux bien fournie, d’une salle d’eau, d’un casier personnel et d’une bouillotte. Dans la chambre à la décoration de circonstance, on trouvera, outre les nombreuses peluches, un humidificateur d’air senteur vanille , des babyphones dernier cri et une literie de grande qualité. Le petit roi aura même l’occasion de prendre un petit-déjeuner spécialement adapté à son réveil. “C’est pour créer une structure qui fasse au moins aussi bien qu’à la maison” , résume Lila Azmani.

Et afin de décomplexer les parents qui prennent du bon temps loin de leur bout de chou, une webcam braquée sur le landau permet de se rendre compte en temps réel, qu’ils sont bien traités. “Cela me permet aussi de surveiller les enfants sans faire de bruit” , ajoute la gérante. Même dans l’obscurité, la webcam infrarouge permet d’observer son enfant tout à loisir. “Beaucoup de clients viennent grâce à ce système. Je crois que ça fait partie de l’instinct maternel d’aller voir si son enfant va bien au cours de la soirée pour mieux se détendre ensuite” .

L’image est visible depuis le site de l’établissement grâce à un login qui n’est actif que 24 heures. Pas question dès lors d’observer un autre enfant que le sien.

Cette expérience pilote de crèche de nuit, appelée Bonne Nuit les Petits, est née d’une envie de ne pas tout sacrifier à ses enfants. “Jeune divorcée, j’avais deux enfants en bas âge. Je devais soit me résigner à utiliser les services d’une baby-sitter qui n’a aucune formation pour s’occuper des enfants, soit m’isoler de toute vie sociale et renoncer aux sorties.”

C’est ainsi qu’a germé l’idée de créer cette forme de baby-sitting de luxe. Une niche qui selon la maîtresse des lieux s’adresse “aux parents célibataires et aux expatriés qui ne peuvent pas compter sur le soutien des grands-parents.”

www.bonnenuitlespetits.be



© La Dernière Heure 2012