Société

Le mannequin britannique Amena Khan, qui venait d'être choisi par le groupe L'Oréal pour figurer dans une campagne de publicité au Royaume-Uni, a décidé d'y renoncer lundi après que d'anciens messages dénonçant la politique israélienne ont fait polémique sur les réseaux sociaux.

La jeune femme avait été sélectionnée jeudi dernier par le géant français des cosmétiques comme première égérie voilée d'une campagne de shampoings Elsève de la marque grand public L'Oréal Paris.

Les messages, postés sur Twitter en 2014, ont depuis été supprimés du réseau social.

"Je regrette profondément le contenu des tweets (...) et je m'excuse sincèrement pour le désarroi et la douleur qu'ils ont causés", a réagi sur Twitter Amena Khan.

"Avec un profond regret, j'ai décidé de me retirer de cette campagne parce que les conversations actuelles qui l'entourent nuisent au sentiment positif et inclusif que j'ai décidé de livrer", a-t-elle poursuivi.

De son côté, le groupe L'Oréal, contacté par l'AFP, a indiqué qu'il "approuv(ait)" cette décision.

"Nous apprécions le fait qu'Amena ait présenté ses excuses pour le contenu de ses tweets et pour les réactions qu'ils ont pu susciter", a encore dit L'Oréal.

Ce n'est pas la première fois qu'une opération publicitaire de L'Oréal pour promouvoir la diversité tourne court en raison de déclarations controversées sur les réseaux sociaux.

L'été dernier, toujours au Royaume-Uni, le groupe s'était séparé d'un mannequin noir et transgenre, Munroe Bergdorf, après la révélation par les médias d'anciens propos polémiques de sa part publiés sur Facebook, accusant tous les Blancs de violence raciale.