Société

“J’ai fait l’Éthiopie, le Burundi, la Somalie, la Côte d’Ivoire, la Syrie... Le Rwanda après le génocide. Le Darfour pendant la famine. Chaque fois que j’avais des vacances, je partais en mission. ” Martial, un chirurgien généraliste retraité, nous accueille dans sa ferme en pierre du pays, en pleine campagne dans la région du Luxembourg. Les murs sont parsemés de tapis africains et de statues venues d’Asie. “Je suis allé au Cambodge en 89, juste après le retrait des troupes vietnamiennes. Je n’ai jamais fait autant d’amputations que là-bas. Après mes 60 ans, je ne suis quasi plus allé qu’au Moyen-Orient. Notre travail est souvent dicté par l’actualité.

Ce fier Ardennais âgé de 69 ans repartira pour l’Irak dans quelques jours. Il y œuvre pour Médecins sans Frontières sous des tentes stérilisées plantées à 15 kilomètres de la ligne de front, dans la banlieue sud de Mossoul. “Ce n’est pas très grand. Il doit y avoir 15.000 ou 20.000 habitants là où on est. Enfin.. C’est sans compter 250.000 réfugiés autour. Il y a des camps à perte de vue depuis l'hôpital." Ce sera sa deuxième mission dans cette ville où l'État islamique avait proclamé son califat, il y a deux ans et demi.

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.