Société Nouveau : plus aucun chien ou chat ne sera vendu sans agrément du vétérinaire.

Le gouvernement wallon a adopté un projet d’arrêté de Carlo Di Antonio (cdH), ministre du bien-être animal, ce jeudi. Il détermine les conditions d’agrément pour l’élevage dit occasionnel. En clair, plus aucune vente de jeunes chiens ou chats ne sera autorisée sans avoir obtenu un agrément, au préalable.

Pour vendre un animal de sa portée, chaque Wallon devra disposer d’un permis, délivré par un vétérinaire.

Actuellement , la loi impose un agrément pour tout élevage de chiens ou de chats à partir de trois portées par an. Mais aucun encadrement n’existait pour les élevages occasionnels (une ou deux portées par an)..

Cela va changer : le propriétaire du chien ou du chat devra bientôt se rendre chez le vétérinaire avec son animal, avant que celui-ci ne mette bas. C’est ce dernier qui devra décider d’octroyer l’agrément. Il pourra également décider de ne pas le délivrer s’il estime que le bien-être de l’animal n’est pas respecté. Toute vente de chien ou de chat hors de ce cadre sera dès lors considérée comme illégale. "Si les conditions dans lequel évolue l’animal ne sont pas adaptées, par exemple s’il passe tout l’hiver dans de mauvaises conditions, dans une remise au fond du jardin, le vétérinaire peut ne pas donner l’agrément", précise le cabinet du ministre Di Antonio. Le propriétaire pourra toujours garder l’animal ou le donner, sans contrepartie financière. "La manière dont l’élevage se déroule au niveau amateur est parfois obscure. Cela pose problème au niveau du bien-être animal, mais aussi avec les trafics qui existent. On sait que de nombreux chiens et chats sont amenés de l’étranger. Avec cet agrément, on rajoute de la traçabilité : les personnes qui achètent un animal sauront d’où il vient."

La mesure doit également permettre aux petits éleveurs de s’adapter aux récentes mesures de lutte contre l’achat compulsif et l’abandon d’animaux. "Ce nouveau cadre juridique vise à protéger les animaux de compagnie, en s’assurant de leur bien-être au sein de ces élevages occasionnels", précise Carlo Di Antonio. "Et cela permet de ne pas pénaliser les petits éleveurs wallons de chiens et de chats, au regard des mesures prises en matière de publicité ou de stérilisation."

En effet, la stérilisation de chaque chat domestique sera rendue obligatoire en Wallonie, dans les mois à venir. Seuls les propriétaires qui disposent d’un agrément pourront ne pas stériliser leurs chats. L’obtention de l’agrément est donc doublement indispensable aux éleveurs amateurs qui souhaitent conserver des chats pour la reproduction.

Le dernier volet de l’arrêté concerne la publicité. En juin, les annonces ne pourront plus se faire que sur un site ou une revue agréés. Grâce au nouvel agrément, les petits éleveurs pourront continuer de proposer leurs animaux à la vente, sur Facebook, Internet, ou via de petites annonces.