Société

Augmenter son budget en troquant de vieux bijoux c'est possible

CHARLEROI Epargner sur le buffet ou sur l'enveloppe du gamin? À quelques jours du Nouvel An, pour beaucoup, c'est l'heure des restrictions. Vieilles alliances, pendentifs démodés, boucles d'oreilles dépareillées, or dentaire ?

Qui ne détient pas, dans un petit coffre, au fond d'un tiroir, l'une de ces pièces qui ne se porte plus depuis des années ?

Héritage ou babioles des premières amours, la DH a mis ces biens en estimation. Notre enquête - qui n'a pas vocation à être exhaustive puisque seules cinq boutiques ont été testées - montre des différences de prix certaines qui doivent inciter le particulier à mettre en concurrence plusieurs commerçants plutôt que de vendre ses bijoux en or au premier venu.

Le petit trésor aurait pu nous rapporter de 1.515 à 2.080 euros soit une différence de 27 % entre les deux extrêmes.

Tantôt passé à la loupe, tantôt jugé à vue d'œil, l'ensemble a subi des expertises fort différentes d'une boutique à l'autre. Trois magasins sur cinq ont estimé les objets via le test de l'ardoise, opération destinée à définir la qualité du métal.

En revanche, tous affirment que les bijoux prendront le chemin de la fonderie pour être transformés en... bijoux.

Cela dit , certains ont laissé entendre qu'il arrivait que des pièces au caractère plus vendable se voient offrir une seconde jeunesse. Mais selon Monsieur Chaboud, bijoutier de Marcinelle, toutes les fines amatrices de bijoux savent discerner le vieux du neuf.

Le paiement? Comptant ! En chèque ou en espèces. Parfois même un bon d'achat. Aucun justificatif n'a été demandé, ni même une simple pièce d'identité... Et, surprenant, il faut toujours sonner avant de pouvoir passer la porte.

L'or est aujourd'hui, plus que jamais, une valeur refuge. Le moment est donc opportun pour vendre mais aussi pour acheter...

Mais, attention, tout ce qui brille n'est pas d'or...



© La Dernière Heure 2008