Société

En 2017, un patient en chambre simple a dû débourser 1.798 euros pour son séjour hospitalier alors que celui en chambre commune ou à deux lits n'a dû sortir que 248 euros de sa poche, ressort-il vendredi du baromètre hospitalier annuel de Solidaris. 

Une chambre individuelle coûte donc sept fois plus cher, déplore la mutualité socialiste. 

La différence de prix entre les deux chambres provient surtout des suppléments de chambre et d'honoraires pratiqués en chambre particulière.

En outre, alors que la facture en chambre commune ou à deux lits est restée relativement stable par rapport à 2016 (247 euros), celle en chambre particulière a augmenté de 3,2%. Cette hausse s'explique surtout par la croissance des suppléments d'honoraires, qui se sont établis à 1.181 euros en 2017, contre 1.107 euros en 2016. Les suppléments de chambre augmentent, eux, de 9%.

Pour éviter les mauvaises surprises, Solidaris conseille de bien se renseigner avant son admission à l'hôpital. Elle met notamment à disposition sur son site internet un module de comparaison des différents établissements.

La mutualité demande par ailleurs d'instaurer un devis obligatoire pour des interventions programmées et non urgentes, ainsi que pour les traitements ambulatoires coûteux. Ce devis porterait sur l'ensemble des prestations et le médecin s'engagerait à le respecter. Il ne serait plus possible de facturer des suppléments par la suite à cause de complications ou parce que le patient reste plus longtemps que prévu à l'hôpital.

Le baromètre des coûts hospitaliers s'appuie sur les données de facturation des affiliés de Solidaris ayant séjourné à l'hôpital en 2017, soit 529.345 admissions classiques. Les séjours en chambre individuelle concernaient 16% des séjours de ces affiliés.