Société La fondation contre le cancer a lancé une vaste campagne de prévention.

"Chaque semaine, des centaines d’enfants et de jeunes Belges commencent à fumer", rapporte la Fondation contre le cancer. Selon les professionnels de la santé, "voir fumer incite à fumer". À quelques jours de la journée sans tabac, ce 31 mai, la Fondation contre le cancer et diverses organisations ont lancé la campagne Générations sans tabac.

L’objectif est d’éviter que les enfants qui naîtront en 2019 ne deviennent des fumeurs. Pour ce faire, la Fondation souhaite ne plus exposer les enfants au tabac en créant des lieux (plaines de jeux, terrains de sport...) sans tabac. "Si des zones fumeurs sont encore autorisées, elles devront être à l’abri des regards des enfants. Six communes ont pris l’initiative et transformeront sous peu leurs plaines de jeux et leurs terrains de sport en espaces sans tabac." Trois hôpitaux et quatre fermes pour enfants ont d’ores et déjà adhéré au projet.

"Nous voudrions faire en sorte que chaque enfant né à partir de 2019 puisse naître et grandir dans un monde sans tabac", explique Suzanne Gabriels, experte en tabac à la Fondation contre le cancer et active au sein de Tabacstop. "C’est un défi qui nous concerne tous. Les enfants n’ont pas choisi de fumer. Ils souffrent de tabagisme passif."

Selon une étude récente de la Fondation contre le cancer, 95 % des Belges soutiennent le droit à grandir sans tabac. Ils sont plus de huit sur dix (85 %) à vouloir se mobiliser pour Générations sans tabac.

Anne Boucquiau, médecin et responsable du département d’experts à la Fondation contre le cancer, poursuit : "L’idée, c’est d’accompagner les enfants qui naissent en 2019, pour qu’ils ne fument pas. On va travailler sur une campagne globale qui va du sevrage tabagique durant la grossesse à la création des espaces sans tabac aux alentours des écoles et des crèches, par exemple."

Et la Wallonie ?

La campagne devrait s'inscrire sur une longue période. Ce 31 mai, des bulles voleront dans le ciel belge. Des enfants souffleront un message fort : "Je préfère faire des bulles que de la fumée." Cela aura lieu à Anvers, Gand et Turnhout. Un hôpital bruxellois fera également des bulles avec des enfants et médecins le 31 mai. Mais quid de la Wallonie ? "Nous sommes au démarrage de la campagne. C’est un projet sur le long terme", précise Anne Boucquiau.

Suzanne Gabriels ajoute : "Nous avons monté la campagne en cinq mois, nous sommes aux débuts. Nous allons l’étendre à toute la Belgique progressivement."


En savoir plus