Société Grand public et agriculteurs ne déclarent cependant pas les mêmes priorités

Les crises qui se succèdent depuis des années dans le monde agricole et les mentalités qui évoluent ont fait émerger un concept devenu aujourd’hui important : l’agriculture durable. Selon une étude commandée par la banque CBC, elle est importante pour neuf Belges sur dix et six sur dix disent connaître le concept. Ce qui n’est pas évident.

C’est que la durabilité, ce n’est pas seulement le respect de l’environnement comme on peut le penser spontanément. Elle repose en réalité sur trois piliers : l’environnement certes, mais aussi un pilier économique (volatilité des prix limitée, augmentation de la valeur ajoutée des produits, capacité de gestion des agriculteurs…) et un pilier social qui consiste notamment à produire en suffisance, en optimalisant le bien-être des producteurs, et en entretenant une bonne image de l’agriculture pour la société.

Pour les consommateurs, d’après l’étude, le pilier environnemental est considéré comme le plus important à 65 %, loin devant les dimensions sociale (17 %) et économique (15 %). Côté agriculteurs par contre, alors que neuf producteurs sur dix se disent soucieux du caractère durable de leur exploitation, 62 % considèrent que le pilier économique est fondamental, et l’environnement est cité par 22 %, puis le pilier social par 12 % des sondés.

Logique : l’important pour le fermier est la pérennité de son activité. Mais les agriculteurs sont parfaitement conscients qu’il faut améliorer la durabilité globale de leur exploitation et une majorité envisagent des pistes pour le faire… sans toujours savoir comment s’y prendre concrètement.

En s’appuyant sur l’expertise d’un partenaire français, CBC a donc développé un outil d’évaluation comprenant sept critères pour chacun des trois piliers. Elle s’apprête à le mettre à disposition de ses clients agriculteurs, en proposant aussi des personnes ressources pour déterminer des actions à mettre en œuvre. Et la banque suggère, si la profession est preneuse, de lancer un label Agriculture durable permettant de tirer parti de cet outil qui objective les efforts des agriculteurs.V. F.