Société Une personne sur cinq estime que les femmes exagèrent ou sont responsables des violences qu’elles ont subies.

Les femmes sont encore souvent tenues pour responsables des violences dont elles sont victimes, qu’il s’agisse de viol ou de coups et blessures. C’est ce que révèle l’Eurobaromètre (large enquête commanditée par la Commission européenne) consacré à la violence de genre.

Selon cette enquête, une femme sur trois au sein de l’Union européenne a été victime de violence physique et/ou sexuelle depuis l’âge de quinze ans et une sur dix a été victime de harcèlement sexuel ou indirect par l’intermédiaire des nouvelles technologies.

(...)