Société Généralement, les grands-parents sont les donateurs les plus généreux.

Une communion ou une fête de printemps peut être très lucrative pour les jeunes Belges,. C’est ce qu’il ressort d’une enquête indépendante réalisée auprès d’un millier de Belges pour le compte de Keytrade Bank.

En moyenne, pendant le grand jour, les enfants reçoivent pas moins de 549 euros. Les enfants flamands, avec 579 euros, sont un peu mieux logés que les enfants francophones, qui reçoivent 457,5 euros.

Étonnamment, il s’avère que les parents ne s’attendent généralement pas à de tels montants. Ils évaluent le plus souvent la somme que recevra leur fils ou leur fille à 314 euros.

La moitié des répondants ont indiqué qu’ils préfèrent que l’enfant reçoive de l’argent liquide plutôt que des cadeaux physiques. Un tiers des parents expriment également cette préférence sous forme de suggestions de cadeaux.

En moyenne, les grands-parents sont les donateurs les plus généreux (145 euros). Les parents et les beaux-parents arrivent en deuxième place (138 euros), suivis par le parrain et la marraine (119 euros).

Les parrains et marraines sont ceux qui délient le plus les cordons de leur bourse pour le cadeau de leur filleul(e) : trois parrains et marraines sur cinq précisent consacrer plus d’argent à leur filleul(e) qu’à d’autres enfants. Pour les filleul(e)s appartenant à la catégorie d’âge de la période de communion (jusqu’à 12 ans), cette proportion augmente jusqu’à sept sur dix.

Autre point étonnant : l’étude montre que certains enfants belges reçoivent aussi de l’argent de donateurs inattendus comme une ancienne mère d’accueil, le restaurant du coin où la famille va régulièrement manger et même le boulanger qui s’occupe de la tarte de communion.