Société LeasePlan, plus gros pourvoyeur de voitures salaires du pays, se tourne vers d’autres clients. D’Uber à...vous, particuliers.

Dans un contexte de mobilité aussi changeant que le nôtre, où la possession d’une auto n’a jamais été remise en question, entendre ce qu’a à dire le directeur du premier loueur de voitures (acteur de leasing opérationnel, pour être précis) du pays fait toujours sens. Surtout quand on sait la quasi-institution que représente la voiture de société en Belgique : 400.000 voitures salaires contribuent à la congestion de nos routes, dont 50.000 détenues par LeasePlan. Johan Portier préside aux destinées belges de la firme, d’origine hollandaise.

Quand le gouvernement ambitionne de remplacer la voiture de société par une compensation-salaire de 450 €, vous sautez au plafond?

"C’est évident. Nous sommes contre cette mesure. Pas uniquement parce qu’elle pourrait être néfaste à notre business mais parce que nous pensons que c’est une erreur de vouloir résoudre nos problèmes de mobilité avec du cash... Pour résoudre un problème de mobilité, il faut apporter une véritable solution alternative.…de mobilité. Et c’est là-dessus que l’on travaille, puisque nous venons de prendre un engagement très fort. LeasePlan vise la détention d’une flotte zéro émission de CO2 pour 2030."

Donc, en 13 ans, vous pensez remplacer l’immense parc de voitures salaires diesel par des véhicules électriques?

"Électriques en grande partie, mais nous sommes ouverts à d’autres types de motorisations vertes et alternatives. Nous ne sommes pas dupes : l’ambition est énorme, et le chemin est encore très long. En ce moment, seulement 1 % de la flotte de nos voitures est électrique. Cela vous donne une idée du chemin qu’il reste à parcourir.…Du marché à éduquer aussi, et des politiques à convaincre.

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.