Société

DISY permet d'échanger des e-mails et SMS via les plaques d'immatriculation

BRUXELLES Imaginez. Vous avez laissé vos phares allumés dans un parking. Et, en revenant, la batterie de la voiture est à plat... Râlant. Idem lorsque vous vous retrouvez avec un pneu à plat, alors que la voiture était sagement garée sur le bord de la route.

Mais, désormais, on peut y remédier. Le site belge disy.be permet d'échanger des e-mails et SMS entre "automobilistes solidaires et citoyens".

Concrètement, si un passant ou automobiliste constate que vos phares sont allumés et qu'il voit l'autocollant Disy sur votre voiture, il peut envoyer un SMS (0,50 €) ou un e-mail (gratuit) à Disy, en mentionnant le numéro de la plaque d'immatriculation. La société belge, basée à Nivelles, envoie alors un e-mail ou un SMS au propriétaire pour l'informer.

"Tout cela se fait de façon confidentielle. Le numéro des personnes n'est pas transmis. Les automobilistes distraits qui reçoivent un message de notre part peuvent remercier la personne grâce à un code, le Disy ID, à mentionner dans leur message", explique Hubert Dekock.

Avec son partenaire, Fabrice Limbourg, le concepteur détaille. "Notre mission , c'est de réunir les automobilistes sympas pour qui Solidarité, Citoyenneté et Sécurité routière doivent être remises à l'honneur. Nous sommes des intermédiaires."

L'idée a germé dans le cerveau d'Hubert Dekock. "Deux événements ont fait que je lance un tel site. Un jour, ma batterie était à plat à cause de phares laissés allumés. La seconde fois, j'étais sur l'autoroute et j'essayais de faire comprendre à un automobiliste quelque chose qu'il ne comprenait pas. Et là, je me suis rendu compte qu'il manquait une interface de ce type."

Le site a d'abord été lancé "en version bêta auprès de la famille et des amis", ajoute Hubert Dekock. Lancé officiellement la semaine dernière, le site compte désormais 876 automobilistes membres. "Ces automobilistes viennent de toute la Belgique", souligne encore le fondateur. Un groupe sur le site Facebook a également vu le jour.

Les fondateurs avouent "chercher des sponsors et des partenaires pour prendre plus d'ampleur". Car, pour l'instant, la société fait ça "avec ses moyens propres."

Infos : www.disy.be.



© La Dernière Heure 2008