Société La SPA de la Louvière cherche des volontaires.

Vous ne supportez pas l’idée que des animaux puissent être maltraités et vous vous sentez l’âme d’un justicier ? Vous êtes peut-être la personne que la SPA de la Louvière recherche. Le refuge est en effet en train de recruter des inspecteurs bénévoles.

Leur mission ? Effectuer des contrôles chez les particuliers ou les professionnels soupçonnés de maltraitance, vérifier l’état des animaux et donner des conseils aux propriétaires afin qu’ils modifient et améliorent leurs conditions de vie, lorsque cela est possible et déposer plainte en cas de sévices avérés.

Leur arme ? Une carte plastifiée accrochée à leur cou avec leur photo et une signature du refuge et leur sens de la psychologie.

"En tant que refuge, pas mal de personnes nous contactent pour vérifier des situations de maltraitance potentielle. On a donc formé des bénévoles qui effectuent des visites pré ou post-adoption ou suite à des dénonciations. Ça concerne aussi bien des chiens et des chats que des animaux d’élevage. On est même déjà allés voir des poneys sur un manège. Pour le moment on a six inspecteurs bénévoles mais on aimerait en avoir au moins trois fois plus", explique Gaëtan Sgualdino, directeur de la SPA de la Louvière.

Mais attention, pas question de recruter des "cow-boys" qui sont là pour faire justice eux-mêmes. Le refuge attend des inspecteurs qu’ils fassent preuve de beaucoup de psychologie et de sang-froid. "Ce n’est pas tous les jours facile. Des bénévoles voient parfois des choses horribles comme des maisons où le sol est jonché de déchets et d’excréments et où l’odeur est pestilentielle. Il faut surtout savoir faire preuve de psychologie. Très souvent, les personnes sont en détresse ou dépressives. Ce ne sont pas toujours des personnes qui ont un mauvais fond, elles sont simplement dans une mauvaise passe et ne savent pas comment gérer la situation avec un animal. L’animal n’est d’ailleurs pas toujours maltraité, il peut simplement être dans de mauvaises conditions de détention."