Aurore Van de Winkel vous emmène dans un tour de deux heures à la découverte des légendes urbaines bruxelloises

VISITE BRUXELLES Rendez-vous est pris devant la gare Centrale, à 16 h 30, un samedi après-midi. Un groupe d’une dizaine de personnes se regroupe autour d’Aurore Van de Winkel, docteur en information et communication et spécialisée dans les phénomènes rumoraux, dont les légendes urbaines. Késako ? Des récits courts souvent effrayants arrivés à un ami d’un ami dans un passé proche et présentant plusieurs variantes (villes différentes, etc).

Elle plante d’emblée le décor. “Je ne vous parlerai pas de Manneken-Pis ou de l’architecte de l’Hôtel de Ville qui s’est suicidé, par désespoir de constater que ses deux tours n’étaient pas symétriques. Je ne vous raconterai pas ce que vous pouvez lire dans les guides et que l’office du tourisme ne vous racontera.”

Ces deux heures, à travers les ruelles pavées du centre de Bruxelles et de ses stations de métro, seront consacrées à 20 légendes urbaines, en 12 arrêts, de la gare Centrale à Rogier. Le but : les déconstruire.

“Ces récits sont souvent conservateurs, misogynes et avec des relents racistes”, indique notre guide. Les cibles : les femmes, les populations étrangères ou les grandes chaînes de magasins. En la colportant du bouche à oreille, le quidam se sent protégé car les autorités lui cachent des choses et ne le défendent pas.

Dans le public , on trouve beaucoup de trentenaires Bruxellois mais des contacts avec VisitBrussels ont été d’ores et déjà été pris afin de concocter une balade dédiée aux touristes. Les prochaines dates (régulièrement réactualisées sur le site) : le samedi 8 septembre et le 22.

R. Le.

En savoir plus Toutes les infos et les prochaines dates sur www.brusselsurbanlegendstour.be

Dans le métro, des phénomènes inquiétants qui cachent un gigantesque trafic d’organes… Stéphanie lecocq