Sa ville natale lui consacre un hommage

PARIS Il est né le 10 mars 1920 au 41, rue de Versailles, mais grandit dans une riche propriété, la Villa des Fauvettes, 33, rue Pradier à Ville-d'Avray. Sa mère, musicienne, lui donna ce prénom en hommage au compositeur russe Boris Godounov.

Après le revers de fortune de 1929, papa Vian enseigna à ses quatre enfants (trois garçons et une fille) que l'argent n'est pas l'unique valeur dans la vie.

M. Vian sera assassiné par des cambrioleurs le 22 novembre 1944. À ce moment-là, Boris est ingénieur, vit à Paris, est marié (depuis 1941, avec Michelle Léglise) et père d'un petit Patrick né en 1942 (il sera musicien dans le groupe Red Noise et fera partie de la vague rock underground française). Il aura une fille en 1948. Carole Vian est décédée en 1998.

La famille vit au 98, bd du Faubourg-Poissonnière. En 1951, il quitte sa femme et s'installe dans une chambre de bonne, 8 bd Clichy. Puis il rencontre une danseuse du ballet de Roland Petit, Ursula Kübler, la sœur du champion cycliste suisse Ferdi Kübler (deuxième du Tour de France 1954). En 1953, ils s'installent au 6 bis Cité Veron. Il s'agit d'une ruelle à l'ancienne dont l'accès se trouve 94 bd Clichy, près du Moulin-Rouge.

L'appartement , dans lequel Ursula Vian Kübler vit encore aujourd'hui et gère la Fond'Action Boris Vian, est un 30 m2 aménagé dans d'anciennes loges du Moulin Rouge. Des loges qui furent, dit-on, notamment celles de Mistinguett.

Cité Véron, le voisin du dessous n'était autre que Jacques Prévert. Avec Vian, il faisait partie d'un club de loufoques, le Collège de Pataphysique, dont Henri Salvador était également membre.

Le 11 juin 1959, ils s'étaient tous réunis dans la Cité Véron pour une grande fête. C'était onze jours avant la mort de Vian qui repose dans le cimetière de Ville-d'Avray. Sa tombe est la plus simple du monde, recouverte d'une dalle sans la moindre inscription.

E. P.

Henri Salvador fut un ami de Boris Vian. Et surtout un complice de gags.