Le nouvel ambassadeur américain en Allemagne envoyé par Donald Trump, Richard Grenell, prend ses fonctions mardi au terme de quinze mois de blocage et doit déjà essuyer des critiques dans son pays d'accueil. 

M. Grenell, 51 ans, un proche du président américain, prend ses fonctions le jour où M. Trump doit annoncer une possible sortie des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien et alors que les désaccords transatlantiques se multiplient.

Homosexuel, partisan du mariage gay, ce chrétien se décrit sur Twitter comme un "disciple imparfait du Christ". Longtemps freinée par le Sénat américain, sa nomination est intervenue fin avril, la veille de la visite de Mme Merkel à Washington. L'opposition démocrate lui reprochait notamment des tweets sexistes.

Dans l'intervalle, Richard Grenell a émis des critiques à l'égard du gouvernement allemand. Il a notamment estimé que Berlin "aurait dû" se joindre aux États-Unis, à la Grande-Bretagne et à la France lors des frappes contre Damas en avril, après l'emploi supposé d'armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad.

Une critique jugée mardi "incompréhensible" par le député social-démocrate Nils Schmid, arguant de missions militaires ailleurs dans le monde de son pays, en Afghanistan ou au Mali. Le parti écologiste s'interroge aussi sur le choix du nouvel ambassadeur. M. Grenell "ne s'est pas distingué pour son empathie envers nos intérêts", a indiqué un de ses députés, Omid Nouripour, cité par l'agence de presse allemande DPA.

De manière générale l'inquiétude grandit en Allemagne face à la multiplication des points de friction avec Washington. La "nouvelle administration américaine (...) ne nous considère plus comme faisant partie d'une communauté mondiale", s'est inquiété dimanche le président de la république allemande Frank-Walter Steinmeier, qui doit recevoir mardi les lettres de créance de M. Grenell.

"Nous avons des problèmes difficiles à surmonter (avec l'Allemagne) mais nous sommes sur la même ligne" sur des valeurs comme la liberté ou les droits de l'homme, a pour sa part estimé le nouvel ambassadeur sur Fox News, où il intervient régulièrement.