Une plaque dévoilée à la mémoire de l'ancien bourgmestre de Chaumont-Gistoux

GISTOUX 1970-2000: trente ans durant lesquels feu André Docquier a porté le titre de bourgmestre de Chaumont-Gistoux. Trois décennies que le collège échevinal actuel a voulu honorer par une plaque commémorative posée sur la façade de la maison communale. Elle a été dévoilée samedi en présence de l'épouse de l'ancien maïeur et de certains de ses collègues d'antan.

Un lieu éminemment symbolique, comme l'a expliqué André Demoulin. «On s'en souvient très certainement, la fin des années 70 était loin d'être facile. Il fallait jouer d'ingéniosité pour digérer ces fusions de communes, a rappelé le bourgmestre actuel. André Docquier s'est plongé dans un projet magnifique: le rachat d'un manoir un peu laissé à l'abandon et la rénovation de ce bâtiment en maison communale. C'est un des plus beaux endroits de notre commune aujourd'hui, un des plus typiques en tous cas.»

La cérémonie et la réception qui suivit furent également l'occasion d'évoquer les autres réalisations principales d'un André Docquier décédé, pour rappel le 17 mars 2003, à l'âge de 70 ans. A commencer par la transformation de la Maison Wieme en espace culturel Perez ou encore la construction du complexe sportif du Ronvau au sein d'une sablière réaffectée et rebaptisée il y a peu du nom de l'ancien bourgmestre.

«Il y a près de trente ans, André Docquier eut cette idée un peu folle et tellement originale, a noté son successeur André Demoulin. Alors qu'à cette époque, nos joueurs de football devaient se laver dans une bassine aux yeux des spectateurs sur ce qui servait de terrain de sport, rue des Papeteries.»

Un hommage qui a manifestement fait plaisir à l'épouse de l'ex-maïeur. «Mon mari était un homme très simple, a-t-elle souligné. Il n'aurait pas aimé avoir un buste à son effigie. Mais une plaque comme celle-ci, un souvenir qui n'est pas ostentatoire, cela lui aurait plu.»

© La Dernière Heure 2005