Les sociétés de logements sociaux passées au peigne fin

CHARLEROI Pour la première fois depuis la découverte de pratiques frauduleuses au sein des sociétés de logements sociaux, la Société wallonne du logement s'est exprimée à travers son conseil d'administration. Elle a fait le point sur les audits déjà commandés avant et à la suite de l'affaire de la Carolo. La Société Wallonne du Logement (SWL) a également présenté son programme pour les mois à venir.

En tant que tutelle des sociétés de logements sociaux de Wallonie, elle compte bien poursuivre le travail qu'elle a débuté en 2002 et qui consiste à non seulement venir en aide aux sociétés, mais aussi les contrôler, et éventuellement à les sanctionner. «Nous ne nous attendions pas à découvrir des choses aussi importantes, explique le président de la SWL, Michel Quenon. Les éclats engendrés ont été plus importants que prévus. Suite à ce constat, nous avons décidé de programmer l'audition des 52 autres sociétés de logements qui n'ont pas encore reçu d'inspection.»

Mais Roger Bastin, l'un des administrateurs a tenu à remettre les pendules à l'heure et à préciser que toutes les sociétés ne sont pas foireuses. «Il ne faut pas faire d'amalgame. Bon nombre d'entre elles fonctionnent bien.» Le conseil d'administration a par ailleurs exprimé sa totale confiance en son directeur générale: Alain Rosenoer. Les administrateurs présents ont qualifié de «faux» et «unilatéraux» les éléments d'informations parus dans un organe de la presse périodique et qui portait sur la gestion du dossier de la Carolorégienne par le directeur général.

Mais la SWL a surtout annoncé son programme spécial d'audit qu'elle compte mettre en oeuvre de manière permanente. «Nous souhaitons boucler l'ensemble des audits que nous avons entamé pour la fin de l'année 2006, explique le président, mais nous allons également réaliser une cartographie des sociétés de logements».

Pour cela, la société va s'octroyer les services de professionnels. Un budget d'1,5 million d'euros a été débloqué par la Région wallonne afin de faire face à ces frais, mais aussi faire face aux salaires des six commissaires spéciaux au travail pour l'instant à travers les sociétés de logements sociaux. L'appel d'offre est aujourd'hui lancé pour six lots qui correspondent à six zones géographiques. Les bureaux d'étude devraient être désignés à la fin du mois de janvier.

La SWL émet encore quelques craintes face au manque de moyens financiers. «Nous n'avons aucune information sur le financement des huit agents auditeurs que nous devons recruter pour renforcer notre équipe. Nous sommes inquiets.»

© La Dernière Heure 2005