Division 3

Un départ après cinq ans à la tête de l'UR Namur

FOOTBALL

SALZINNES Jean-Claude Baudart ne débutera pas un sixième championnat de rang à la présidence de l'UR Namur, fonction qu'il occupait depuis mai 2004 et le départ forcé d'Armand Kaïda.

À presque un mois de la reprise du championnat, et au cœur de la période de préparation, la première sous les ordres de Georges Heylens, qui poursuivra cependant sa mission aussi longtemps que la possibilité lui sera accordée, celui qui présida à la destinée du club mosan durant cinq ans et quelques mois a remis les différentes cartes bleues qu'il détenait ainsi que ses divers mandats entre les mains du conseil d'administration.

En clair , et dès ce jour, le patronyme Jean-Claude Baudart n'apparaît plus à aucune ligne de l'organigramme d'une UR Namur reléguée en division 3 et qui se cherche à présent un nouvel homme fort afin de lui succéder. Dans l'attente, la gestion journalière a été confiée à Bruno Henry.

Ce qui peut avoir l'effet d'une bombe chez les initiés - ou non - n'aura pas d'effet de surprise chez les autres, les hommes de confiance et confidents du principal intéressé, pour qui l'annonce raisonne comme la non-information.

Le ras-le-bol se faisait ressentir ces dernières semaines et, pas plus tard qu'au soir de la rencontre amicale mise sur pied à Ciney entre Mons et le Standard, il nous annonçait : "C'est un après-midi merveilleux, récréatif pour le public qui est présent et rémunérateur pour le club organisateur. Ce qui est imaginable et pensable à Ciney ne l'est pas à Namur."

Cherchez l'erreur... Marqué par ce énième événement, qu'il jalousait secrètement, sans en tenir rigueur au club cinacien et à ses diverses composantes, à qui va sa sympathie, Jean-Claude Baudart a définitivement compris que s'entêter une saison de plus ne valait guère mieux que de forcer le cours des événements.

Cédric Bouillon

Jean-Claude Baudart, chez qui le ras-le-bol se faisait sentir ces dernières semaines, a décidé de quitter l'UR Namur après cinq ans à la présidence.