Le gardien français sur le départ : "Une aventure au Rapid Bucarest pourrait me tenter"

MONS Samedi, sur le coup de 22 heures, Bertrand Laquait était très entouré. Pas tellement pour confier sa joie de ne pas avoir encaissé (la dernière fois, c'était le 3 novembre)... Ce qu'on attendait surtout, c'était une explication quant à cette fameuse discussion avec le Rapid Bucarest ayant eu lieu la semaine dernière.

"Je confirme le contact, lâcha-t-il. On verra bien la suite... Pour l'heure, il n'y a pas d'accord, mais l'aventure pourrait me tenter. Comme j'ai lu que mon GSM pouvait rester éteint ce dimanche, je serai donc attentif lundi. Jusqu'ici, j'ai reçu une première proposition, que j'ai refusée."

Cette vieille connaissance de Mircea Rednic, l'entraîneur-négociateur du Rapid, dont le premier choix était Bailly, évoque pour sa part des "prétentions financières élevées" de Bertrand. C'est le jeu... Ce qu'il faut retenir, c'est que Laquait se dit ouvert à un tel départ et aussi que, à plusieurs reprises lors de notre entretien, il n'a pas témoigné d'un grand intérêt pour ce que pourrait penser son actuel employeur, ce qui en dit long sur l'état actuel des relations entre les deux parties. "Charleroi ? On verra... poursuivit son gardien. Il faudrait d'abord que je sois d'accord avec un club pour qu'on se mette à table, ce qui n'est pas ou pas encore le cas. Et je dispose aussi d'autres opportunités (NdlR : pour la prochaine saison, puisqu'il sera libre en juin)... Je ne ferai pas n'importe quoi. Je ne dirai pas que je suis à un tournant de ma carrière, mais il s'agit quand même d'un moment important. Je dois aussi songer à ma famille alors que, jusqu'ici, je n'ai pensé qu'à moi."

Bucarest, ce serait un changement à bien des égards : "Je n'ai pas besoin d'en parler avec Théréau, puisque nous sommes allés au Steaua en été (NdlR : il avait alors poursuivi un supporter qui était monté sur le terrain et avait voulu le frapper). Je sais donc à quoi m'attendre, même s'il est encore trop tôt pour envisager la chose concrètement. La vie dans ce genre de pays n'est pas facile, c'est un fait, mais quand je vois son classement et ses perspectives européennes, le Rapid m'intéresse d'un point de vue sportif. Reste à éventuellement régler l'aspect financier."

Pas sûr que le Sporting soit enclin à laisser partir aussi facilement Bertrand Laquait alors que le mercato est terminé chez nous (le 20 courant en Roumanie) et que la révolte gronde chaque jour davantage dans les tribunes... Quoique... Mais le Rapid pourra ou voudra-t-il s'acquitter d'une clause libératoire qui ne sera sans doute pas piquée des vers ?

Manu Salvé

Betrand Laquait s'ouvre-t-il à Frédéric Herpoel de ses perspectives de carrière ? (belga)