l'autre regardDE miguel tasso

La faille

Les clubs de foot les plus puissants et les plus professionnels ne sont pas à l'abri d'erreurs grossières et d'amateurisme caractérisé. Le Real Madrid, en tête de tous les hit-parades financiers avec un budget annuel de 400 millions d'euros, vient de s'en rendre compte. Obligé de renforcer son effectif, miné par les blessures, durant le mercato, le club castillan a porté son dévolu sur deux jeunes joueurs prometteurs : l'attaquant néerlandais Klaas-Jan Huntelaar et le milieu de terrain français Lassara Diarra. Coût global de cette double opération : environ 50 millions d'euros. "Ce sont les joueurs qui nous manquaient. Avec eux, nous pourrons briguer le titre en championnat et en Ligue des Champions", confiait, ravi, le président de la Maison Blanche, Ramon Calderon.

Seul hic : un club participant à la Ligue des Champions ne peut intégrer, durant le mercato, qu'un seul joueur ayant disputé, lors de la même saison, la Coupe de l'Uefa. Or Huntelaar - avec l'Ajax d'Amsterdam - et Diarra - avec Porstmouth - ont tous les deux participé à cette compétition européenne. En un mot comme cent : le Real ne pourra inscrire qu'un seul de ses deux transfuges en Ligue des Champions et devra laisser l'autre dans les tribunes. Bonjour l'ambiance et le ridicule !

Cette véritable histoire belge fait évidemment couler beaucoup d'encre de l'autre côté des Pyrénées où la presse crache son venin sur l'amateurisme de la direction et se demande comment un club qui bénéficie d'une armée d'experts juridiques a pu se faire piéger de la sorte ?

Les grands pontes madrilènes s'efforcent de calmer le jeu. "Nous connaissions le règlement. Nous avons agi sur le long terme", disent-ils, sans rire. Pour preuve, Ramon Calderon a prévu de rencontrer prochainement Michel Platini, président de l'Uefa, afin de voir si l'on ne peut pas interpréter le règlement de plusieurs façons...

Mig.T.