L'esprit d'équipe avant tout à Viroinval

VIROINVAL La nouvelle loi électorale a donné, à Viroinval, un résultat étonnant. Alors que l'on présentait Jean-Marc Delizée comme bourgmestre, c'est son aide parlementaire, Bruno Buchet, 40 ans et papa de deux petites filles, qui a obtenu le mayorat à deux voix près.

"Le candidat naturel de notre liste était Jean-Marc Delizée, explique-t-il. C'est lui qui a tiré la liste et c'est grâce à son travail et à celui de notre équipe que notre liste a fait un si beau score. Mais la nouvelle loi veut que ce soit celui qui obtienne le plus de voix qui devienne bourgmestre."

Bruno Buchet a derrière lui une belle et rapide ascension politique. En 1991, il devient président des jeunes socialistes. En 1994, il se présente pour la première fois aux élections et devient conseiller communal.

En 2000, il est élu échevin de l'état civil, des sports, de la jeunesse, du logement et hérite, en cours de mandat, des finances.

Une équipe autour du bourgmestre

Sa situation est maintenant assez particulière : Jean-Marc Delizée est en effet toujours son patron.

"J'assumerai cette fonction, même si je souhaitais voir au poste de bourgmestre Jean-Marc, qui est mon patron mais aussi mon ami. C'est grâce à lui si je suis ici aujourd'hui. C'est un grand défi mais j'ai une totale confiance dans l'équipe qui m'entoure."

Bruno Buchet estime en effet, que cette victoire n'est pas sa victoire mais celle de toute une équipe et d'un travail commun. Le futur bourgmestre veut privilégier la communication et l'écoute au sein de celle-ci, sans se mettre en avant.

"Je ne suis pas le chef. Nous sommes une équipe et nous avancerons ensemble, en discutant et en réfléchissant tous autour d'une table commune."

Le bourgmestre entend mener une politique raisonnablement ambitieuse, suivant les finances dont la commune disposera, et poursuivre les projets en cours.

Bruno Buchet, bourgmestre humble, refuse de se mettre en avant. Il se définit comme quelqu'un proche des gens et disponible. Sa bulle d'oxygène ? Sa famille, qui est aussi sa stabilité.

"Je me ressource auprès d'eux. J'essaye de rester le plus souvent à la maison pour profiter de mes enfants mais c'est parfois difficile."

C. Bo.

Bruno Buchet estime en effet, que cette victoire n'est pas sa victoire mais celle de toute une équipe et d'un travail commun. (DH)