Sur un parcours dantesque, l’US Open fait tomber les stars. D. Johnson résiste