Ce jour-là, le Racing de Tournai remportait la coupe de Belgique contre le RCS Verviers par 2-1

TOURNAI Le 10 juin 1956, le stade du Heysel accueille la finale de la coupe de Belgique, qui oppose deux équipes de deuxième division : le Racing de Tournai au RCS Verviers. Lors des tours précédents, les Rats s'étaient payés le scalp du Beerschot, de Beringen en ½ finale après avoir battu héroïquement le Standard de Liège en quarts de finale.

Ce 10 juin 1956, Roger Lambreth et Popol Deneubourg sont les deux buteurs de cette finale historique. "Je ne me souviens plus tellement du match en lui-même. Par contre, je me souviens de notre arrivée à Tournai", explique André Mangain. "Les Tournaisiens nous ont applaudis de part et d'autre de la route qui nous a menés depuis la gare jusque la rue Paul Pastur, où se trouvait notre local".

Les Tournaisiens fêtaient leurs enfants revenus de Bruxelles en héros. "Nous étions tous de la région. Seul René Timmerman était de Bruxelles", ajoute celui qui compte deux sélections internationales. "Je me souviens des matchs à la drève de Maire, où le stade était comble à chaque fois. Les gens s'accrochaient même aux poteaux d'éclairage ou s'installaient sur le marquoir pour nous encourager. Parfois, on jouait devant 10.000 personnes. Aujourd'hui, quand je passe à la drève de Maire, j'éprouve de la nostalgie."

En tant qu'ancien joueur des deux clubs de Tournai, Dédé estime que la fusion devait se faire. "C'est juste dommage que cette fusion ne s'est pas faite plus tôt car il existait à Tournai un potentiel pour jouer en première division."

Les "anciens" se voient-ils régulièrement ? "Je croise encore Jules Devos ou Michel Liénard au stade Varenne et René Chantry m'appelle parfois. Malheureusement, il faut un enterrement pour qu'on se revoie."

Seuls six des onze héros sont encore en vie aujourd'hui : André Mangain, Michel Liénard, Jules Devos, Jean Leroy, René Chantry et Paul Deneubourg. Sont décédés : Jean Dedonder, Théo Gaillet, Roger Vanthiegem, René Timmerman et Roger Lambreth.

Cédric Ketelair