Peut-être que le plus extraordinaire dans la saga Guiot, c’est le refus du tribunal de première instance d’accéder à une requête du procureur Pascal Tilliet qui réclamait de le priver de son titre d’huissier. Mais puisqu’on vous dit qu’il est honnête, ce garçon !…

Pour expliquer ses détournements dans l’un de ses garages Citroën de la région de Charleroi, Me Marc Guiot, toujours huissier en titre aujourd’hui, a expliqué au juge correctionnel qu’il a été dépassé par le succès de sa concession ! Sans crainte, il a dit qu’il avait misé sur la vente d’une centaine de véhicules et qu’il en a vendu 700 ! Tiens, on aurait pensé que c’était plus qu’il n’en faut pour assurer la prospérité de son entreprise…

Pour justifier d’autres moments d’égarement, il a relaté un évènement difficile à croire : des escrocs africains lui auraient vendu le procédé de la machine à lessiver des dollars qu’on appelle communément le couillonoscope.

Venant de lui, la couleuvre est peu digeste ! Pourtant, Guiot a bel et bien été condamné à Charleroi pour rapt et séquestration, avant un interrogatoire musclé pour tenter de récupérer sa mise. L’avocate de plaignants, Me Myriam Kaminski, lui avait rétorqué que rien ne justifiait les rafles opérées sur les montants déposés chez lui par des clients qui avaient donné leur confiance à un homme de loi...

JPDS