Joe Tshupula a bourlingué dans trois pays

FOREST Arrivé de son Congo natal à l'âge de dix ans, Joe Tshupula a commencé à tâter du ballon dans les équipes d'âge à Asse, avant d'être incorporé en équipe première à Verrewinkel en P 4 où il a connu les joies de la montée jusqu'en première provinciale. Ensuite, il se tourna vers Nivelles mais il n'y resta que six mois. Il prit alors la direction d'Ajaccio pendant un an avant d'émigrer au Havre où il signa un contrat de cinq ans mais après avoir côtoyé l'équipe première, il fut versé dans l'effectif de CFA.

«J'avais déjà une pubalgie mal soignée qui se réveillait tout le temps, au grand dam de mon entraîneur, explique-t-il. Je suis dès lors revenu en Belgique où j'ai retrouvé Verrewinkel qui, entre-temps, avait fusionné avec La Rhodienne. Ensuite, j'ai mis le cap sur Tubize mais j'ai aussi claqué la porte rapidement car le courant ne passait pas avec Théo Buelinckx. J'ai toujours eu le don de lâcher tout quand je sentais que je n'apprenais rien. Finalement, toujours tracassé par des blessures, je pensais mettre un terme à ma carrière active quand une connaissance m'indiqua un petit club près de Birmingham en Angleterre où au lieu de rester un mois comme prévu, j'y suis demeuré cinq. Là aussi, j'ai appris beaucoup de choses en très peu de temps.»

C'est précisément là que Joe Tshupula allait trouver sa voie: «J'ai vraiment senti que le virus de la formation me prenait. Une formation qui ne m'était pas vraiment inconnue car dès 18 ans, j'avais appris à entraîner des jeunes.»

C'est alors que commença un parcours de combattant de quatre ans. «Quotidiennement, je faisais Bruxelles-Lille pour suivre des journées s'étalant de 6h30 jusqu'à 22h. Et aujourd'hui, je peux dire que sans le soutien de ma femme que j'avais rencontrée à mon retour d'Angleterre, je n'aurais probablement pas ce diplôme d'état français. Qui, dans l'Hexagone, me permettrait d'exercer le métier d'entraîneur, ce qui est impossible en Belgique.»

En Belgique, Joe Tshupula s'est retrouvé à l'Union, passant des diablotins à l'équipe réserve. Et puis, tout s'est précipité en avril 2005

© Les Sports 2006